Bibliographie matérielle : tome I (1688-1690)

1688-1690 – [Tome I]. – Paris, Jean Baptiste I Coignard / Tome I. – Paris, Anne Geneviève Hénault, veuve de Jean-Baptiste I Coignard / Jean-Baptiste II Coignard

Besançon, BM, 265190

Lyon, BM, 302791

 

 

 

 

 

 

 

 

 

a – PARALELLE / DES ANCIENS / ET DES MODERNES, / EN CE QUI REGARDE / LES ARTS ET LES SCIENCES. / DIALOGUES. / Avec le Poëme du Siecle de LOUIS LE GRAND, / Et une Epistre eu [sic] Vers sur le Genie. / Par M. PERRAULT de l’Academie / Françoise. / [ornement : corbeille] / A PARIS, / Chez JEAN BAPTISTE COIGNARD, / Imprimeur du Roy, & de l’Académie Françoise, / ruë S. Jacques, à la Bible d’or. / [filet] / M. DC. LXXXVIII. / AVEC PRIVILEGE DU ROY.

b – PARALELLE / DES ANCIENS / ET / DES MODERNES, / EN CE QUI REGARDE / LES ARTS ET LES SCIENCES. / DIALOGUES. / Avec le Poëme du Siecle de LOUIS LE GRAND. / Par M. PERRAULT, de l’AcadémieFrançoise. / TOME PREMIER. / [ornement : marque] / A PARIS, / Chez { La Veuve de JEAN BAPTISTE COIGNARD, / Imprimeur du Roy, & de l’Académie Françoise, / ET / JEAN BAPTISTE COIGNARD Fils, Imprimeur / ordinaire du Roy, & de l’Académie Françoise, / ruë S. Jacques, à la Bible d’or. [}] / [filet] / M. D C X C. / AVEC PRIVILEGE DE SA MAJESTE’.

12° ; ã128 A-M12 ; [1] [1 bl.] [38] 252, 34 [2 bl.] p.
signatures : à droite, jusqu’au demi-cahier ; $ $ ij $ iij $iiij $ v $vj
26 lignes par page (texte principal) ; 20 l. = 94 mm (Saint-Augustin)

f. ã2r-ẽ8r : Preface
f. ẽ8v : privilège du 23/09/1688 pour Jean-Baptiste Coignard pour une durée de 8 ans ; enregistré le 05/10/1688 par Jean-Baptiste Coignard, Syndic ; achevé d’imprimer pour la première fois le 30/10/1688.
p. 1-108 : Paralelle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde les arts et les sciences. Dialogues. De la prevention des Anciens. Premier dialogue.
p. 109-252 : Paralelle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde l’architecture, la sculpture, et la peinture. Second dialogue.
p. 1-25 : Le Siecle de Louis le Grand, poeme.
p. [26] : [blanche]
p. 27-34 : Le Genie. Epistre à Monsieur de Fontenelle.
p. 34 : [Colophon :] A PARIS, / De l’Imprimerie de JEAN BAPTISTE COIGNARD, / Imprimeur du Roy, & de l’Académie Françoise, ruë S. Jacques, / à la Bible d’or. 1688.

Remarques : remise en vente de l’édition de 1688 avec correction de l’adresse au titre, suite au décès de Jean-Baptiste I Coignard en 1689. Le titre de 1690 est un carton.

Continuer la lecture

Bibliographie matérielle : tome II (1690)

1690 – Tome II. – Paris, Anne Geneviève Hénault, veuve de Jean-Baptiste I Coignard / Jean-Baptiste II Coignard

Lyon, BM, 302791

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PARALELLE / DES ANCIENS / ET / DES MODERNES / EN CE QUI REGARDE / L’ELOQUENCE. / Par M. PERRAULT, de l’Académie Françoise. / TOME SECOND. / [ornement : marque] / A PARIS, / Chez { La Veuve de JEAN BAPTISTE COIGNARD, / Imprimeur du Roy, & de l’Académie Françoise. / ET / JEAN BAPTISTE COIGNARD Fils, Imprimeur / ordinaire du Roy, & de l’Académie Françoise, / ruë S. Jacques, à la Bible d’or. [}] / [filet] / M D C X C. / AVEC PRIVILEGE DE SA MAJESTE’.

12° ; ã82 A-Q12 R8 ; [1] [1 bl.] [17] [1 bl.] 399 [1] p.
signatures : à droite, jusqu’au demi-cahier ; $ $ ij $ iij $iiij $ v $vj
début de cahier, pied de page : II. Partie.
26 lignes par page (texte principal) ; 20 l. = 94 mm (Saint-Augustin)

f.ã2r-ẽ1v : Preface
f. ẽ2r : privilège du 23/09/1688 pour Jean-Baptiste Coignard pour une durée de 8 ans ; enregistré le 05/10/1688 par Jean-Baptiste Coignard, Syndic ; achevé d’imprimer le 15/02/1690.
p. 1-302 : Paralelle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde l’éloquence. Seconde partie. Troisiéme dialogue.
p. 303-306 : Avertissement sur les pieces suivantes.
p. 307-312 : Oraison funebre prononcée par Pericles.
p. 313-319 : Oraison funebre de la Reine d’Angleterre, par Monsieur Bossuet
p. 320-399 : [autres pièces …]
p. [400] : Fautes à corriger.

Continuer la lecture

Histoire éditoriale du Parallèle des Anciens et des Modernes

Mis en avant

En 1688 paraît la première édition du premier tome du Parallèle à Paris chez Jean-Baptiste Coignard (1637 ?-1689). Le volume bénéficie d’un privilège octroyé le 23 septembre 1688 pour huit ans. L’achevé d’imprimer est daté du 30 octobre de la même année. L’ouvrage contient deux dialogues : De la prévention en faveur des Anciens, Parallèle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde l’architecture, la sculpture et la peinture. Perrault ajoute à la suite de ces dialogues deux poèmes, Le Siècle de Louis Le Grand (1687) et Le Génie, une épître en vers à Monsieur de Fontenelle. Certains exemplaires portent en plus l’Épître au roi à l’occasion du poème précédent, et sur l’excès de joie que Paris témoigna de la convalescence de sa majesté, sans doute destinée à être placée après Le Siècle de Louis le Grand, car elle est paginée à la suite (p. 27 à 32). Après le décès de Jean-Baptiste Coignard, ce premier tome fait l’objet d’une seconde émission en 1690 par Anne-Geneviève Hénault (décès en 1705), veuve Coignard, et son fils Jean-Baptiste II Coignard (1667 ?-1735). Le titre de 1690 avec cette nouvelle adresse est un carton remplaçant le titre original de 1688. Dans la préface de son premier volume, Charles Perrault annonce que le prochain dialogue traitera des sciences, pour en venir ensuite par induction aux « choses de goût » que sont l’éloquence et la poésie.

Cette même année 1690 paraît la première édition du second tome du Parallèle (achevé d’imprimer le 15 février 1690). Le tome est consacré à l’éloquence et comprend à la suite du dialogue une série de treize pièces – discours, éloges funèbres, lettres – d’auteurs anciens et modernes que Charles Perrault propose de comparer. Il s’explique dans sa préface sur son changement de plan : ses amis comme ses adversaires l’auraient incité à s’attacher au « nœud principal de la difficulté » pour étudier l’éloquence et la poésie avant les sciences. Deux ans plus tard Perrault fait publier le tome trois du Parallèle (achevé d’imprimer du 20 septembre 1692) qui traite de la poésie et se clôt sur une lettre de l’auteur adressée à Ménage. Des exemplaires portent en plus une Lettre à M. Despréaux en lui envoyant le présent livre. Dans la préface, l’auteur s’engage à faire paraître bientôt un nouvel ouvrage qui comparera les plus beaux endroits des Anciens et des Modernes, et qui semble être le mémoire que l’abbé promet à ses interlocuteurs tout au long de ce dialogue. Cette même année 1692 voit la réédition du tome I, quatre années après la première, soit une durée ordinaire pour l’écoulement d’un tirage.

En 1693 alors que le tome II est réédité, toujours chez Coignard, paraît une contrefaçon sous deux adresses différentes, l’une probablement exacte de Georges Gallet à Amsterdam (actif de 1691 à 1703 à Amsterdam), l’autre à la fausse adresse de Jean-Baptiste Coignard à Paris avec la mention commerciale « nouvelle édition augmentée de quelques dialogues ». La spécificité de cette contrefaçon est de rassembler en deux tomes les trois tomes parus à Paris. Aucun nouveau texte ne semble cependant apparaître dans la contrefaçon d’Amsterdam et tout ce qui se trouve dans les éditions des tomes I, II et III de 1688-1692 (1693 ?) (i.e. les Dialogues I à IV et tous les compléments) figure également dans l’édition d’Amsterdam. Quant aux premières éditions parisiennes des tomes I (1688-1690) et II (1690), elles sont quasiment copiées ligne à ligne lors des rééditions de 1692-1693. Dans ces conditions, les modifications éventuelles ne peuvent être que minimes mais la comparaison entre les volumes rend manifestes certaines variantes. De même une comparaison fine entre la contrefaçon et les deux éditions du tome II permettrait de décider de l’antériorité ou de la postériorité de la contrefaçon sur la réédition du tome II.

Enfin, le tome IV connaît un tirage sous deux dates, 1696 et 1697, à Paris, chez Jean-Baptiste II Coignard, une situation commune pour les ouvrages imprimés en fin d’année (achevé d’imprimer du 27 novembre 1696). Dans la préface, Perrault dit avoir renoncé à faire paraître son volume comparant les plus beaux endroits des poètes anciens et modernes, pour consacrer ce cinquième et dernier Dialogue à l’examen des autres Arts et des autres Sciences : astronomie, géographie, navigation, art de la guerre, philosophie, mathématiques, médecine, musique, art des jardins.

On constate un décrochage dans le rythme de parution des volumes si l’on compare les différentes dates des achevés d’imprimer : 30 octobre 1688, 15 février 1690, 20 septembre 1692 puis 27 novembre 1696. Les quatre années qui séparent la publication du troisième et du quatrième tome du Parallèle peuvent s’expliquer par l’activité littéraire de l’auteur qui fait aussi paraître pendant cette période L’Apologie des femmes (1694), le premier tome des Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle (1696) ainsi que les premiers contes.

Chaque exemplaire issu de ces différentes éditions ou émissions peut présenter des particularités. On peut ainsi trouver ou non des errata situés à la fin de chaque tome. Les fautes signalées sont elles-mêmes parfois corrigées. Ceci témoigne des procédures de l’imprimerie de l’époque, où les fautes étaient corrigées au cours de l’impression des cahiers.

Le dernier tome, comme le troisième, n’a jamais été réédité. En 1964, Hans Robert Jauss et Max Imdahl publient un fac-similé des 4 tomes de l’édition originale de 1688-1697 (München, Eidos Verlag), accompagné d’une introduction de 80 pages, d’une table analytique et d’index. Les éditions Slatkine proposent en 1971 un nouveau fac-similé pour l’édition de 1692-1697. Un extrait d’une vingtaine de pages figure dans La Querelle des anciens et des modernes, une anthologie éditée par Anne-Marie Lecoq, en 2001 (¨Paris, Gallimard, coll. « Folio classique »). Plus récemment, un extrait du tome III sur la poésie est publié et annoté par Claudine Nédelec et Jean Leclerc dans l’anthologie Le Burlesque selon les Perrault. Œuvres et  critiques (Paris, H. Champion, 2013).

Cette histoire éditoriale, ramassée dans le temps, traduit une réception relativement intense et surtout limitée à une conjoncture particulière. Elle confirme le statut du Parallèle comme œuvre de circonstance, engagée dans une polémique que Perrault a contribué, sinon à initier, du moins à hisser au rang de débat culturel de premier plan. Sans doute le Parallèle a t-il déclenché lui-même une telle abondance de textes et contre-textes à sa suite que sa postérité a moins consisté en une lecture continue du Parallèle que dans la manière dont il a été bien vite relayé et supplanté par d’autres productions (voir la chronologie à venir).

 

[1re édition] 2e édition autres
1688 Tome I
1690 Remise en vente du t. I
1690 Tome II
1692 Tome III Tome I
1693 Tome II Contrefaçon
1696-1697 Tome IV

Emmanuelle Perrin et Delphine Reguig, avec la collaboration de Jean-Michel Noailly

Bibliographie matérielle : tome I, 2e édition (1692)

1692 – Tome I, 2e édition – Paris, Anne Geneviève Hénault, veuve de Jean-Baptiste I Coignard / Jean-Baptiste II Coignard

Paris, BnF, Z12765

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PARALELLE / DES ANCIENS / ET / DES MODERNES / EN CE QUI REGARDE / LES ARTS ET LES SCIENCES. / DIALOGUES. / Avec le Poëme du Siecle de LOUIS LE GRAND, / Et une Epistre en Vers sur le Genie. / Par M. PERRAULT de l’Académie Françoise. / TOME PREMIER. / SECONDE EDITION. / [ornement : marque] / A PARIS, / Chez { La Veuve JEAN BAPT. COIGNARD, / Imprimeur du Roy, & de l’Académie Françoise. / ET / JEAN BAPTISTE COIGNARD Fils, / Imprimeur du Roy, & de l’Académie Françoise, [}] / ruë S. Jacques, à la Bible d’or. / [filet] / MDCLXXXXII. / AVEC PRIVILEGE DE SA MAJESTE’.

12° ; ã128 A-L12 M12-(12) *4 ; [1] [1 bl.] [38] 252, 34, 6 [num. 27-32] [2 bl.] p.
signatures : à droite, jusqu’au demi-cahier ; $ $ ij $ iij $iiij $ v $vj
début de cahier, pied de page : Tome I.
26 lignes par page (texte principal) ; 20 l. = 94 mm (Saint-Augustin)

f. ã2r-ẽ8r : Preface
f. ẽ8v : privilège du 23/09/1688 pour Jean-Baptiste Coignard pour une durée de 8 ans ; enregistré le 05/10/1688 par Jean-Baptiste Coignard, Syndic ; achevé d’imprimer pour la première fois le 30/10/1688.
p. 1-108 : Paralelle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde les arts et les sciences. Dialogues. De la prevention des Anciens. Premier dialogue.
p. 109-252 : Paralelle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde l’architecture, la sculpture, et la peinture. Second dialogue.
p. 1-25 : Le Siècle de Louis le Grand, poeme.
p. [26] : [blanche]
p. 27-34 : Le Genie. Epistre à Monsieur de Fontenelle.
f. *1r-*3v, p. 27-32 : Epistre au roy à l’occasion du poème précédent [Le Siècle de Louis le Grand].

Remarques : l’ensemble du volume semble, a priori, une copie de l’édition de 1688 avec quelques modifications de présentation, comme par exemple : l’ajout d’un pied de page en début de cahier “Tome I.” et la suppression du colophon de 1688.
Nous ignorons si le texte a été modifié.

Continuer la lecture

Bibliographie matérielle : tome III (1692)

1692 – Tome III – Paris, Anne Geneviève Hénault, veuve de Jean-Baptiste I Coignard / Jean-Baptiste II Coignard

Paris, BnF, Z-12767

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PARALELLE / DES ANCIENS / ET / DES MODERNES / EN CE QUI REGARDE / LA POESIE. / Par M. PERRAULT de l’Académie Françoise. / TOME TROISIE’ME. / [ornement : marque encadrée] / A PARIS, / Chez { La Veuve de JEAN BAPT. COIGNARD, / Imprimeur du Roy, & de l’Académie Françoise. / ET / JEAN BAPTISTE COIGNARD Fils, / Imprimeur du Roy, & de l’Académie Françoise, [}] / ruë S. Jacques, à la Bible d’or. / [filet] / MDCLXXXXII. / AVEC PRIVILEGE DE SA MAJESTE’.

 

12° ; a6 A-N12 O6 M4 ; [1] [1 bl.] [10] 331 [1] p.
cartons pour les f. F12 (p. 143-144) et I5 (p. 201-202)
signatures : à droite, jusqu’au demi-cahier ; $ $ ij $ iij $iiij $ v $vj
début de cahier, pied de page, à partir du cahier E : Tome III.
26 lignes par page (texte principal) ; 20 l. = 94 mm (Saint-Augustin)

f. a2r-a6r : Preface
f. a6v ; [réclame :] PARALELLE
p. 1-317 : Paralelle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde la poesie. Quatriéme dialogue.
p. [318] : [blanche]
p. 319-331 : Lettre à Mr Menage
p. [332] : privilège du 23/09/1688 pour Jean-Baptiste Coignard pour une durée de 8 ans ; enregistré le 05/10/1688 par Jean-Baptiste Coignard, Syndic ; achevé d’imprimer le 20/09/1692.

Remarques : Le carton du f. F8 corrige la p. 143 : “que Livie” est remplacé par “qu’Octavie” ; celui du f. I5 corrige la p. 202 en modifiant tout le début du premier paragraphe (8 lignes remplacées par 10 lignes, en jouant sur l’interlignage entre les paragraphes).

Lyon, BM, 303984 (3)

Lyon, BM, 303984 (3)

Continuer la lecture

Bibliographie matérielle : contrefaçon (1693)

1693 – Tomes I et II – Amsterdam, Georges Gallet / “Paris, Jean-Baptiste Coignard”

Vienne, ONB, BE.8.Y.22.23

Vienne, ONB, 74M28

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I – a – [En rouge et noir :] PARALELLE / DES ANCIENS / ET DES MODERNES, / EN CE QUI REGARDE / LES ARTS ET LES SCIENCES. / Nouvelle Edition augmentée de quelques Dialogues. / Par M. PERRAULT, de l’Academie Françoise. / TOME PREMIER / [ornement : bouquet de fleurs] / A AMSTERDAM, / Chez GEORGE GALLET. / [filet] / M. DC. XCIII.

I – b – [En rouge et noir :] PARALELLE / DES ANCIENS / ET DES MODERNES, / EN CE QUI REGARDE / LES ARTS ET LES SCIENCES. / Nouvelle Edition augmentée de quelques Dialogues. / Par M. PERRAULT, de l’Academie Françoise. / TOME PREMIER / [ornement : bouquet de fleurs] / A PARIS, / Chez JEAN BAPTISTE COIGNARD. / [filet] / M. DC. XCIII. / AVEC PRIVILEGE DE SA MAJESTE’.

12° ; *12-(12) **12 A-X12 ; [1] [1 bl.] [44] 501 [3 bl.] p. ; frontispice gravé hors-texte (?)
signatures plus ou moins centrées, jusqu’au demi-cahier ; $ $ 2 $ 3 $ 4 $ 5 $ 6
30 lignes par page (texte principal) ; 20 l. = 82 mm (Cicéro) (à confirmer)
empreintes (fr.) : s&n- esre X.s. OuCo (3) M.DC.XCIII.
[f. *2r ; f. *6r ; p. 13 ; p. 14]
empreintes (nl.) : 169312 – a1 *2 lus$ : a2 2*6 e$je$ – b1 A me : *b2 X5 $vô

f. *2r-**9v : préface
f. **10r-**12v : catalogue de livre (dont les premiers portent l’adresse d’Amsterdam)
p. 1-74 : Paralelle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde les arts et les sciences. Dialogues. De la prevention des Anciens. Premier dialogue.
p. 75-172 : Paralelle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde l’architecture, la sculpture, et la peinture. Second dialogue.
p. 173-188 : Le Siecle de Louis le Grand. Poeme.
p. 189-192 : Epistre au Roy à l’occasion du poeme precedent.
p. 193-198 : Le Genie. Epistre à Monsieur de Fontenelle
p. [199-200] : [faux-titre, verso blanc :] PARALELLE / DES ANCIENS / ET DES MODERNES / EN CE QUI REGARDE / L’ELOQUENCE. / SECONDE PARTIE.
p. 201-212 : Preface
p. 213-418 : Paralelle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde l’éloquence. Seconde partie. Troisiéme dialogue.
p. 419-422 : Avertissement, sur les pièces suivantes.
p. 423-427 : Oraison funebre prononcée par Pericles
p. 428-433 : Oraison funebre de la Reine d’Angleterre, par Monsieur Bossuet
p. 434-501 : [autres pièces]

Wien, ONB, BE.8.Y.22.23

Frontispice, Wien, ONB, BE.8.Y.22.23

 

 

 

 

 

 

 

 

II – a – [titre restitué :] [  [En rouge et noir :] PARALELLE / DES ANCIENS / ET DES MODERNES, / EN CE QUI REGARDE / LES ARTS ET LES SCIENCES. / Nouvelle Edition augmentée de quelques Dialogues. / Par M. PERRAULT, de l’Academie Françoise. / TOME SECOND. / [ornement : bouquet de fleurs] / A AMSTERDAM, / Chez GEORGE GALLET. / [filet] / M. DC. XCIII. ]

II – b – [En rouge et noir :] PARALELLE / DES ANCIENS / ET DES MODERNES, / EN CE QUI REGARDE / LES ARTS ET LES SCIENCES. / Nouvelle Edition augmentée de quelques Dialogues. / Par M. PERRAULT, de l’Academie Françoise. / TOME SECOND. / [ornement : bouquet de fleurs] / A PARIS, / Chez JEAN BAPTISTE COIGNARD. / [filet] / M. DC. XCIII. / AVEC PRIVILEGE DE SA MAJESTE’.

12° ; *6 A6 B-K12 ; [1] [1 bl.] [10] 228 p.
signatures plus ou moins centrées, jusqu’au demi-cahier ; $ $ 2 $ 3 $ 4 $ 5 $ 6
30 lignes par page (texte principal) ; 20 l. = 82 mm (Cicéro) (à confirmer)
empreintes (fr.) : era- ntur s,és nude (3) M.DC.XCIII.
[f. *2r ; f. *6r ; p. 13 ; p. 14]
empreintes (nl.) : 169312 – a1 *2 ant : a2 *5 er – b1 A e : *b2 K5 que

f. *2r-*6v : préface
p. 1-215 : Parallèle des anciens et des modernes (4ème dialogue)
p. 216-225 : Lettre à Monsieur Ménage
p. 226-228 : Lettre à Monsieur Despreaux

Remarque : aux p. 98 et 137, cette édition tient compte des cartons des f. F8 et I5 de l’édition originale de 1692.

Continuer la lecture

Bibliographie matérielle : tome II, 2e édition (1693)

1693 – Tome II, 2e édition – Paris, Anne Geneviève Hénault, veuve de Jean-Baptiste I Coignard / Jean-Baptiste II Coignard

Paris, BnF, Z-12766

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PARALELLE / DES ANCIENS / ET / DES MODERNES / EN CE QUI REGARDE / L’ELOQUENCE. / Par M. PERRAULT, de l’Académie Françoise. / TOME SECOND. / SECONDE EDITION. / [ornement : marque] / A PARIS, / Chez { La Veuve de JEAN BAPTISTE COIGNARD, / Imprimeur du Roy, & de l’Académie Françoise. / ET / JEAN BAPTISTE COIGNARD Fils, Imprimeur / ordinaire du Roy, & de l’Académie Françoise, [}] / ruë S. Jacques, à la Bible d’or. / [filet] / MDCLXXXXIII. / AVEC PRIVILEGE DE SA MAJESTE’.

12° ; ã8-(1)2 A-Q12 R6 S2 ; [1] [1 bl.] [16] 399 [1] p.
signatures : à droite, jusqu’au demi-cahier ; $ $ ij $ iij $iiij $ v $vj
début de cahier, pied de page : II. Partie.
26 lignes par page (texte principal) ; 20 l. = 94 mm (Saint-Augustin)

f. ã3r-ẽ2v : Preface
p. 1-302 : Paralelle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde l’éloquence. Seconde partie. Troisiéme dialogue.
p. 303-306 : Avertissement, sur les pièces suivantes.
p. 307-312 : Oraison funebre prononcée par Pericles.
p. 313-319 : Oraison funebre de la Reine d’Angleterre.
p. 320-399 : [autres pièces …]
p. [400] : privilège du 23/09/1688 pour Jean-Baptiste Coignard pour une durée de 8 ans ; enregistré le 05/10/1688 par Jean-Baptiste Coignard, Syndic.

Remarque : l’ensemble du volume semble, a priori, une copie de l’édition de 1690 avec quelques modifications de présentation, comme par exemple le déplacement de l’extrait du privilège (avec suppression de la date d’achevé d’imprimer).
Nous ignorons si le texte a été modifié.

Continuer la lecture

Bibliographie matérielle : tome IV (1696-1697)

1696-1697 – Tome IV – Paris, Jean-Baptiste II Coignard

Lyon, BM, 303984

Lyon, BM, 810294

 

 

 

 

 

 

 

 

 

a – PARALELLE / DES ANCIENS / ET DES MODERNES, / OU IL EST TRAITTE’ / DE L’ASTRONOMIE, / de la Geographie, de la Navigation, / de la Guerre, de la Philosophie, de la / Musique, de la Medecine, &c. / CINQUIE’ME ET DERNIER DIALOGUE. / Par M. PERRAULT de l’Académie Françoise. / TOME QUATRIE’ME. / [ornement : marque] / A PARIS, / Chez JEAN BAPTISTE COIGNARD, Imprimeur / ordinaire du Roy, & de l’Academie Françoise, / ruë S. Jacques, à la Bible d’or. / [filet] / M DC LXXXXVI. / AVEC PRIVILEGE DE SA MAJESTE’.

b – PARALELLE / DES ANCIENS / ET DES MODERNES, / OU IL EST TRAITTE’ / DE L’ASTRONOMIE, / de la Geographie, de la Navigation, / de la Guerre, de la Philosophie, de la / Musique, de la Medecine, &c. / CINQUIE’ME ET DERNIER DIALOGUE. / Par M. PERRAULT de l’Académie Françoise. / TOME QUATRIE’ME. / [ornement : marque] / / A PARIS, / Chez JEAN BAPTISTE COIGNARD, Imprimeur / ordinaire du Roy, & de l’Academie Françoise, / ruë S. Jacques, à la Bible d’or. / [filet] / M DC LXXXXVII. / AVEC PRIVILEGE DE SA MAJESTE’.

12° ; ã8 A-N12 O4 ; [1] [1 bl.] [14] 319 [num. 1-240, 243-321] [1 bl.] p.
l’erreur de pagination se situe au f. L1r num. “243” pour 241.
signatures : à droite, jusqu’au demi-cahier ; $ $ ij $ iij $iiij $ v $vj
début de cahier, pied de page : Tome IV.
26 lignes par page (texte principal) ; 20 l. = 94 mm (Saint-Augustin)

f. ã2r-ã7v : Preface
f. ã8r : privilège du 23/09/1688 pour Jean-Baptiste Coignard pour une durée de 8 ans ; enregistré le 05/10/1688 par Jean-Baptiste Coignard, Syndic ; achevé d’imprimer le 27/11/1696.
f. ã8v : [réclame :] PARALELLE.
p. 1-“295” : Parallele des Anciens et des Modernes ; ou il est traite’ de LAstronomie, de la Geographie, de la Navigation, de la Guerre, de la Philosophie, de la Medecine, de la Musique, &c. Cinquiéme & dernier dialogue.
p. [296] : [blanche]
p. “297”-“310” : Sentiment d’un docteur de Sorbonne […]
p. “311”-“321” : Réponse à la lettre d’un ami […]
f. O4v, p. [320] : [blanc]

Continuer la lecture

La Réception du Parallèle des Anciens et des Modernes de Charles Perrault (2)

Parallèle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde l’Éloquence. Par M. Perrault de l’Académie française. Tom. II. À Paris chez la Veuve de Jean Baptiste Co[i]gnard et son fils, 1690, in-12, pagg. 399.

M. Perrault le Protecteur intrépide des Modernes, travaille toujours pour les faire triompher des Anciens. Il s’était engagé dans son I. Tome[1] à faire voir dans le II. les avantages qu’ont les Modernes sur les Anciens dans l’Astronomie, dans la Navigation, et dans les [408] Mathématiques. Mais les partisans de l’Antiquité, dont il se vante d’appréhender plus les injures que les raisons, ont répandu le bruit qu’il reculait d’en venir à l’Éloquence et à sa Poésie ; et que se sentant faible sur cet article, il cherchait à se dédommager dans les autres arts, où les Modernes l’emportent incontestablement ; afin d’aller en suite tout fier de ses victoires affronter plus audacieusement les Anciens, et leur disputer en heureux téméraire le prix de l’éloquence. Il a donc interrompu son projet, et il vient ici[2] au nœud de la difficulté. On ne peut nier que sa victoire soit plus incertaine du côté de l’éloquence. La prévention pour les Anciens est plus universelle à cet égard. Tous les jeunes gens sont élevés au bruit continuel de leurs louanges. Or il est impossible de convaincre les esprits préoccupés dans les choses de goût. Il y a des beautés et des finesses dans les pensées et dans les expressions qui se sentent, et que l’on ne saurait démonter par raison. De plus, M. Perrault plaide devant des juges ou récusables, ou engagés par l’intérêt de leur gloire à le condamner. On dira que ceux qui ne lisent que les traductions, ne sont point des juges compétents pour prononcer sur des ouvrages travestis ; et ceux qui entendent les originaux ne manqueront pas de crier miracle sur les [409] beautés inexprimables des Auteurs Grecs et Latins. Il est inutile d’opposer, que les plus versés dans le Grec entendent encore mieux leur propre langue, et que par conséquent celui qui lit l’original, met toujours une partie de son attention à se le traduire à lui-même ; au lieu qu’en lisant une traduction, l’on emploie tout son esprit à bien comprendre le sens, et qu’ainsi l’on peut porter un jugement plus sûr. Par exemple, Lucien a-t-il perdu de ses grâces en passant par les mains d’Ablancourt ; et ne vaut-il pas mieux l’entendre comme d’Ablancourt, que comme bien des savants qui ont lu l’original Grec ? N’importe : ces savants par politique, et par la vanité de faire croire que les langues des Anciens leur sont très familières, n’en demeureront jamais d’accord. Ils trouveront toujours un je ne sais quoi dans l’original, que l’on n’a pu copier, ni transporter dans une autre langue. La joie de pénétrer dans des obscurités d’abord impénétrables, et d’y entrevoir quelque sorte de raison, leur fait regarder comme des trésors, ce qui leur paraitrait très commun, s’ils l’entendaient sans peine dan les Modernes.

M. Perrault pour égaler l’éloquence des Modernes à celle des Anciens, fait valoir le progrès que l’on a fait dans l’étude des passions : car c’est le grand ressort que l’éloquence doit remuer. Il maintient [410] que les ouvrages de nos auteurs sont tout pleins de sentiments délicats qui ne se rencontrent point chez les Anciens, et qu’il y a dans Corneille plus de pensées fines sur l’ambition et sur la vengeance, que dans tous les livres de l’Antiquité. Il choisit l’amour pour échantillon. Les Anciens en ont parlé aussi peu spirituellement et aussi grossièrement que l’on en a parlé délicatement dans notre siècle ; et rien ne prouve mieux le peu de politesse des siècles d’Alexandre et d’Auguste, que la manière brutale dont on y traitait l’amour. Vous ne trouvez dans leurs amants ni respect ni déférence pour le beau sexe. Virgile est touchant dan les amours de Didon, mais il n’y a rien de galant. Un des personnages de ces Dialogues se réveille plaisamment là-dessus, pour objecter que cette galanterie est une mollesse dont les Modernes devraient rougir, et qu’il ne faut pas donner tant de charmes et d’agréments à une passion qui n’est déjà que trop dangereuse. On a gâté l’amour par tout ces raffinements, et il faut aujourd’hui mille façons pour dire à une femme que l’on a de l’amour pour elle. On a tort de tant spiritualiser la matière. Les Anciens étaient de meilleur sens ; ils allaient d’abord au solide. Mais, dit-il, pour abréger la dispute qui serait infinie, nommez-nous des Orateurs de ce temps tels que Démosthène et Cicéron. [411]

Anselm Flamen, Erato et Polymnie.
Source gallica.bnf.fr.

À cette demande importune M. Perrault lui-même semble reculer. Il demeure d’accord qu’il n’a rien qui puisse tenir contre de si grands noms. Le temps leur donne trop de relief. Il stipule seulement, que l’on fasse retirer les personnes, et que l’on ne fasse combattre que les ouvrages : parce que le monde s’imagine à force d’exagérer le mérite des Anciens, que la nature fait ses derniers efforts pour eux, et qu’elle n’y reviendra jamais. Selon Cicéron, l’éloquence est l’art de parler avec abondance et avec ornement : et il possédait l’un et l’autre au suprême degré. Cependant cela dépend du goût du siècle et de l’humeur de chaque nation. Les Grecs voulaient une éloquence serrée et concise, et qui en fit plus entendre qu’elle n’en exprimait. Les Asiatiques efféminés fuyaient le travail jusqu’à l’application un peu tendue au discours. Les Romains ne se laissaient ébranler que par de grande machines, et Cicéron est celui qui les a le plus touchés par une heureuse abondance de paroles fleuries. Aussi est-il en possession du premier rang. Les Anciens lui ont pourtant reproché qu’il était enflé, bouffi, diffus et sans nerfs. Ses Oraisons sont salies par des injures de crocheteur contre Antoine et contre Verrès. Ses Lettres sont vides de chose ; on n’en emporte rien. Qui ne rirait de ses exordes ? Si vales, benè est. Ego quidem va[412]leo. Si vous portez bien, cela va bien. Je me porte bien. Démosthène qui allait haranguer les flots pour affermir sa voix, avait une éloquence qui ressent trop la triste et mal peignée Antiquité. Sa Quatrième Philippique a passé pour son chef d’œuvre. L’endroit où il apostrophe les morts à la journée de Marathon lui a fait autant d’honneur, que s’il avait ressuscité les morts qu’il apostrophe. L’auteur, au grand scandale des adorateurs des Anciens, n’y trouve[3] que de la sécheresse et de la mauvaise médiocrité : et il est vrai qu’il en rapporte l’exorde, où il ne paraît ni sublime dans les choses, ni art dans la composition, ni ordre dans l’arrangement. M. Perrault, pour achever le parallèle des Anciens et des Modernes dans tous les genres d’éloquence, ose dire à l’honneur des Modernes, que Mézeray, Strada et Fra Paolo valent bien Thucydide et Tite-Live pour l’Histoire. Il blâme les harangues exorbitantes que les derniers ont suppléées par leur bel esprit. Elles enrichissent bien l’Histoire ; mais elles sont hors de leur place, et trop pompeuses pour la simplicité de la narration.  Il préfère les Provinciales de Pascal, et les Lettres de Voiture, à celles de Sénèque et de Pline. Il se hasarde à mettre en comparaison nos meilleur Romans avec l’Iliade et l’Odyssée, qu’il dit n’être au[413]tre chose que des contes fabuleux exprimés en grands vers, et mêlés d’aventures ridicules et imaginaires. II ne parle presque point de Virgile. Il eût pu le décrier avec M. de S. Évremond, qui ne le loue guère que par la beauté de son expression, et de son tour poétique. Il n’y a point d’âme qui à la lecture d’Homère ne  se sente élevée par l’impression que fait sur elle le caractère du fier et invincible Achille, ou le courage impétueux d’Ajax. Mais le Héros de Virgile est un dévot trop scrupuleux : et qui ne s’ennuierait avec le pieux Énée, et avec ceux qui accompagnaient ce Chef médiocre, si les vers de Virgile n’empêchaient de languir ? Sa piété lui donne des frayeurs trop honteuses. C’eût été un Saint parmi les Chrétiens, et un Fondateur d’ordre, plutôt que celui d’un État. Il ne fournit que des craintes et des lamentations à chaque péril.

La défiance peut être assez bien fondée de M. Perrault, que l’on ne se rendît pas à ses raisons, l’a obligé de faire marcher après elles quelques pièces des Anciens et des Modernes, afin de les comparer ensemble, et de prononcer avec plus de certitude sa préférence. Voiture, Balzac, Monsieur de Meaux, M. Fléchier Évêque de Nîmes, et le P. Bourdaloue, sont les assaillants pour les Modernes. Périclès, Isocrate, Pline et Cicéron sont les tenants pour les Anciens. Voiture avec [414] une de ses Lettres entreprend de mettre en déroute le Panégyrique de Pline. Voilà désormais un procès instruit dans les formes, et les connaisseurs peuvent en juger par les titres produits de part et d’autre.


Histoire des ouvrages des savants, article XIV, mois de mai 1690, Rotterdam, Reinier Leers, 1690, p. 407-414.


[1] V. mois d’avril 1689.

[2] En forme de Dialogue.

[3] Il préfère Patru.

La Réception du Parallèle des Anciens et des Modernes de Charles Perrault (1)

Parallèle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde les arts et les sciences. Dialogues. Avec le Poème du Siècle de Louis le Grand, et une Épître sur le Génie. Par M. Perrault de l’Académie Française. À Paris chez Jean Baptiste Co[i]gnard, 1688. in-12. pagg. 286.

On ne peut rien ajouter à l’indignation que les zélés partisans[1] de l’Antiquité ont fait paraître contre les Modernes, qui ont voulu disputer le pas aux Anciens ; et l’on dirait que c’est un attentat et une témérité insupportables que de vouloir se comparer à eux. Ils se sont fait une espèce de religion d’adorer les Anciens, et ils ont regardé M. Perrault comme un hérésiarque et un audacieux, qui a osé égaler notre siècle à la vénérable Antiquité. Cependant il ne s’est point épouvanté de toute leur colère, et il n’a pu souffrir leur injuste prévention, qui flé[119]trissant toute la gloire des Modernes, préfère à leurs plus beaux ouvrages les moindres productions des Anciens. Il soutient donc courageusement que les Modernes ne leur cèdent point partout, et les surpassent en bien des choses ; et il attaque hardiment une certaine nation de Savants, qui faute de génie pour inventer, ne se piquent que du rare talent d’entendre bien les vieux Auteurs, et qui ne se récriant que sur l’explication d’un passage obscur, ou sur la restitution d’un endroit corrompu, appellent cela la belle érudition. On ne prétend point convertir ces gens-là ; car que deviendrai[en]t, par exemple, le riche trésor de remarques, et la réputation d’un Commentateur, qui après avoir débrouillé le sens caché d’un Ancien qui ne s’entendait peut-être pas, dit fièrement, mon Juvenal, mon Horace, et s’approprie tout Auteur qu’il fait réimprimer avec des notes, quelque inutiles qu’elles soient ? Mais on se flatte de ne pas déplaire aux Savants du premier ordre, sur qui rejaillit une partie de l’honneur qui est dû aux Modernes ; et rien n’est plus favorable que le dessein de l’Auteur, qui prend le parti des vivants, et qui ne peut point être soupçonné du sentiment de jalousie que l’on a reproché aux défenseurs de l’Antiquité, par une épigramme qui finissait par cette pensée, qu’ils aiment mieux voir cent morts au-dessus de leur tête, qu’un vivant à leurs côtés. [120]

Comme M. Perrault a disposé cette fameuse dispute pour la préférence entre les Anciens et les Modernes en forme de conversation, l’on peut juger qu’il n’a pas entièrement approfondi son sujet ; et même dans les deux premiers dialogues qui composent ce petit volume, il ne s’est principalement attaché qu’à l’Architecture, la Peinture et la Sculpture, qui sont les arts que l’on a le plus cultivés depuis quelques années, et que le Roi a presque poussé jusqu’à la perfection. Il répand d’abord quelques railleries contre les Interprètes, qui n’abordent un Ancien que l’encensoir à la main, et qui donnent la torture à leur esprit pour y découvrir une belle pensée. Ç’a été la manie de tous les siècles de mesurer le mérite des Auteurs par le nombre des années ; et les Anciens, lorsqu’ils avaient le malheur de n’être encore que des Modernes, s’en sont plaints comme nous. Horace ne s’est-il pas moqué de ce qu’un livre n’était excellent que quand il avait plus de cent ans[2] ? Et Martial se plaint de ce que Virgile et Ovide s’étaient vus préférer des Anciens sans mérite, et ralentissait les transports de sa muse par le chagrin qu’il ne jouirait pas lui-même de sa gloire. Si post fata venit gloria, non propero. Tout le monde sait que Michel-Ange ne pouvant digérer la préférence continuelle que les prétendus connaisseurs [121] de son temps donnaient aux ouvrages des anciens Sculpteurs, s’avisa de tailler secrètement une figure de marbre, où il épuisa tout son art et tout son génie. Ensuite il lui cassa un bras qu’il cacha, et il la fit enfouir, après lui avoir donné une teinture rousse la plus approchante de statues antiques, et l’avoir mise dans du fumier, où elle acheva de devenir ancienne. Cette figure ayant été déterrée par une espèce de hasard qu’il avait fait naître, les curieux l’attribuaient à Phidias, ou à Polyclète, et convenaient tous que les Sculpteurs modernes ne pouvaient rien faire qui en approchât. Michel-Ange après s’être bien réjoui de leur imagination, présenta le bras de la statue, et prouva par ce chef-d’œuvre, qu’il n’était inférieur aux Anciens que par la préoccupation. Si un Moderne se néglige quelque part, l’on dit tout net, cet endroit est faible et rampant : mais on regarde un Ancien avec bien plus de respect, et l’on admire alors une simplicité ingénieuse qui sait imiter la nature. S’égare-t-il dans le galimatias, on l’érige aussitôt en enthousiasme divin et on l’appelle un mouvement noble et sublime. Cependant quand on laisse agir le bon sens et la raison, l’on porte des jugements plus équitables, et les siècles ne doivent point consacrer une pensée fade ou ridicule, comme si son antiquité la mettait au-dessus du jugement des hommes. [122] Il faut demeurer d’accord qu’un savant de ce temps l’est infiniment plus qu’on ne l’était du temps de César et de Varron, parce que dix-sept siècles ont ajouté beaucoup de découvertes et de choses nouvelles. On s’aperçoit tous les jours du progrès prodigieux des arts et des sciences, et on le compare justement à ces fleuves qui grossissent leurs eaux par leur cours. Si les Anciens ont eu la gloire des premières inventions, dont la plupart ne pouvaient échapper à l’industrie naturelle du besoin ; les réflexions ingénieuses des derniers temps en ont perfectionné les commencements grossiers. Quelle distance n’y a-t-il pas entre l’invention rude et toute nue d’une montre, dont les ressorts n’étaient peut-être pas plus déliés que ceux d’un tournebroche, et la fine structure de ces pendules portatives qui sont dues à l’illustre M. Huygens. Par conséquent sans rien rabattre du mérite des Anciens, et sans être profane, l’on peut bien leur trouver des défauts, et ne les pas mettre toujours au-dessus des Modernes, qui aidés par ceux qui les ont précédés, ont pu même avec moins de génie aller beaucoup plus loin qu’eux.

L’Auteur dans le second Dialogue descend aux arts en particulier, et commence par l’Architecture. Il dit que si les Anciens ont trouvé les cinq ordres d’Architecture, les Modernes l’emportent par l’u[123]sage qu’ils en ont fait, et par les beaux ornements qu’ils y ont ajoutés. On ne connaissait point autrefois ces superbes bâtiments de nos jours, dont les dehors sont aussi réguliers que si l’on n’avait point pensé à la distribution du dedans ; et les dedans aussi bien distribués, que si l’on n’avait point songé à la régularité des faces extérieures. À la vérité, il n’y a plus d’anciens palais qui soient échappés à la durée des siècles ; mais par les morceaux qui en restent, il est aisé de voir combien l’on a raffiné depuis. Il y en a même qui prétendent qu’Auguste n’avait point de vitres aux fenêtres de son palais. Dans le Panthéon de Rome, qui est le plus magnifique et le plus régulier des anciens bâtiments, il y a des négligences et des irrégularités inexcusables. Pour la Sculpture, les Anciens qui n’excellaient point dans la draperie, faisaient des merveilles pour le nu des figures. La Vénus, l’Hercule et le Laocoon sont incomparables. Il y avait de si grandes récompenses attachées au succès de ces sortes d’ouvrages, dont l’ouvrier n’était guère moins honoré que le Dieu qui sortait de ses mains, qu’il n’est pas étonnant que les Anciens aient extrêmement bien réussi dans un art qui ne demande pas beaucoup de réflexions et de préceptes. Peut-être regarde-t-on ce qu’ils ont fait avec une prévention qui leur est favorable. Car quand les bas-reliefs de la [124]colonne de Trajan qui a fait tant de bruit furent apportés à Paris, chacun tâcha de les admirer, et de faire honneur à l’Antiquité. À la fin l’on y remarqua bien quelques beaux airs de têtes, et quelques attitudes assez heureuses, mais point d’art dans la composition, et personne ne s’est avisé de les copier. À l’égard de la Peinture, l’Antiquité a extrêmement vanté Apelle, Zeuxis et Parrhasius, parce que l’on n’en savait pas encore beaucoup. On en peut juger par les éloges de Pline, qui admire les raisins que le peintre Zeuxis représenta si naïvement, que les oiseaux venaient les béqueter ; et le rideau de Parrhasius si bien contrefait, que Zeuxis lui-même y fut trompé. Ces chefs-d’œuvre qui ont mérité au goût des Anciens d’être transmis à la postérité, seraient aujourd’hui les essais des Peintres les moins habiles ; et ces sortes de prouesses que l’on a pris soin de relever sont des signes évidents de l’enfance de la Peinture. Ils pouvaient entendre assez bien la représentation et la délinéation des figures, l’expression des passions sur les visages, et peu la plus fine partie que l’on appelle la composition, qui est l’ordonnance du tableau, et l’assemblage judicieux de toutes les figures placées avec entente, et avec une juste distribution des ombres et des lumières. Le goût est devenu plus délicat à mesure que cet art s’est perfectionné, et par là no[125]tre siècle a même des avantages sur les Raphaëls, les Titiens, les Paul Véronèses, et les autres grands Peintres du dernier siècle. M. Perrault prétend qu’on le peut reconnaître par la comparaison du tableau des Disciples ou des Pèlerins d’Emmaüs par Paul Véronèse, avec celui de La Famille de Darius par M. Le Brun. Il n’est rien de plus lié et de plus réuni que tout le dessin du dernier, et tout va à représenter parfaitement l’étonnement et l’admiration que cause l’arrivée d’Alexandre, dans la tente où était la famille de Darius. Qui sait encore le degré de beauté où arrivera ce tableau par le temps, qui adoucit toujours ce que le pinceau judicieux lui a donné pour être adouci, et pour amuser son activité, qui sans cela s’attaquerait à la substance de l’ouvrage ? Apparemment qu’un autre volume traitera de autres sciences, où le parti des Modernes ne fera pas moins bien défendu. Nous ne dirons rien du Poème Le Siècle de Louis le Grand, puisqu’il n’est pas nouveau, non plus que de celui qui est intitulé Le Génie, et dédié à M. de Fontenelle, et que l’on n’a joint ici, que parce qu’ils ont du rapport à cette querelle.

Histoire des ouvrages des savants, article III, mois d’avril 1689, Rotterdam, Reinier Leers, 1696, 2e éd., p. 118-125.


[1] Voyez le mois d’octobre, art. 8 [Dacier, André, Remarques critiques sur les Œuvres d’Horace, avec une nouvelle traduction, Paris, Denis Thierry et Claude Barbin, t. VI et VII, 1687] et celui de novembre art. 3  [Longepierre, Hilaire-Bernard de, Discours sur les Anciens, Paris, Pierre Aubouin, 1687] 1687.

[2] Horace, Ad Augustum, Épîtres, Livre II, Épître I.