À propos

Le règne de Louis XIV met en place les conditions d’une institutionnalisation de la vie culturelle, en particulier avec la création des Académies. Portés par cette évolution, les auteurs se trouvent, à la fin du siècle, conduits à tirer de la période une forme de bilan. Mais ils ne le font pas d’une manière consensuelle : le dynamisme du champ littéraire donne alors naissance à une controverse qui pose clairement les enjeux de la définition d’une littérature et d’une pensée modernes, c’est-à-dire actuelles à partir de la double expérience esthétique antique et contemporaine. En posant la question des valeurs, le conflit qui secoue les milieux culturels et savants en France entre 1687 et 1694 constitue une transition majeure vers une conception renouvelée de la création littéraire et de la diffusion du savoir.
La Querelle des Anciens et des Modernes est de fait l’un des épisodes les plus commentés par les historiens de la littérature et des idées. Paradoxalement, il est aussi l’un des moins connus et il est temps aujourd’hui de remettre en cause les clichés historiographiques qui majorent et surdéterminent le clivage entre les deux partis en proposant une ample relecture de la crise. Car la Querelle des Anciens et des Modernes ne se réduit pas à un conflit facteur de rupture radicale : elle réunit les acteurs du champ littéraire dans un débat dialectique particulièrement inventif en termes d’idées et de formes.
Notre projet se développe autour de trois grands pôles qui illustrés dans le carnet :
1. un pôle critique consacré à revoir l’historiographie de la Querelle à la lumière du livre de L. Norman (The Shock of the Ancient, Chicago, The University of Chicago Press, 2011) dont les propositions audacieuses feront l’objet, en collaboration avec l’auteur lui-même, de discussions dans le cadre d’un dialogue argumenté (tables rondes, articles, confrontations de lectures).
2. un pôle éditorial travaillant à donner accès à des textes acteurs de la Querelle en s’appuyant sur l’expérience reconnue de l’Université de Lyon-Saint-Étienne et de l’UMR IHRIM 5317 dans ce domaine :
< édition papier (en raison de la valeur patrimoniale du texte) de la Correspondance de Boileau conservée en France mais aussi à l’étranger (notamment aux États-Unis) et qui n’a jamais fait l’objet d’une véritable édition critique alors qu’elle est l’un des fondements de l’historiographie consacrée aux Anciens (J. Lesaulnier (Paris), D. Reguig et V. Schröder (Université de Princeton)).
< édition numérique de l’œuvre majeure du chef des Modernes, Charles Perrault, Le Parallèle des Anciens et des Modernes (4 tomes, 1688-1697, plus de 1300 pages) le texte, emblématique d’une ambition, que nous appellerions aujourd’hui « interdisciplinaire », de refondation des savoirs, aborde successivement les arts, les sciences, l’architecture, l’éloquence, la poésie, l’astronomie, la géographie, la navigation, la guerre, la philosophie, la musique, la médecine. Jamais éditée en raison des difficultés posées par son propos ambitieux, une telle œuvre pourra créer une véritable synergie intellectuelle dans une perspective interdisciplinaire. L’édition numérique est aujourd’hui le seul support envisageable pour un texte de cette ampleur qui appelle largement l’illustration.
Le carnet contiendra les liens vers ces travaux d’édition ainsi que les ressources en lien avec le projet.
3. un pôle événementiel visant à fédérer le travail d’une équipe de chercheurs internationaux (États-Unis, Allemagne, Italie, Angleterre, Belgique, Espagne) lors d’un colloque intitulé « Anciens et Modernes face aux pouvoirs : l’Eglise, le Roi, les Académies ». Une telle manifestation, prévue les 19, 20 et 21 juin 2019, permettra de mettre à distance les interprétations datées qui externalisent les enjeux de la Querelle. La Querelle pourrait au contraire apparaître comme un moment où les Belles Lettres accèdent à une visibilité sociale et où elles peuvent se développer de manière finalement autonome, sans composer avec les éventuels antagonismes partisans et notamment religieux. Le conflit qui oppose Anciens et Modernes recouvrirait donc des enjeux politiques internes : pour ses acteurs, il s’agirait moins d’obtenir la faveur du monarque que de chercher soi-même à dominer le champ des « Lettres » encore neuf dans le paysage intellectuel de l’époque. Ces travaux entendent montrer en effet que la Querelle est le laboratoire de l’idée de modernité dont nous sommes aujourd’hui encore héritiers.