Séminaire : Peut-on écrire l’histoire de la monarchie absolue ? Le Temps valeur politique et culturelle (France 1580-1789)

 

Séminaire interdisciplinaire récurrent dans le cadre de l’IHRIM et du LabEx COMOD, organisé par Delphine Reguig, Université Jean Monnet Saint-Étienne/ IUF

Ce séminaire entend contribuer à mesurer à quel point la société française, voire européenne, évolue dans un cadre idéologique et imaginaire de la temporalité lié à l’exercice de la monarchie absolue telle qu’elle s’est constituée et affermie entre 1580 et 1789. Notre régime temporel est fondamentalement différent de celui de l’âge classique mais il dérive pourtant de la manière dont le discours sur l’histoire du pouvoir monarchique a été contraint de se transformer. Dans la période encadrée par les troubles des guerres civiles et la Révolution française, l’affirmation de la monarchie absolue a mis en crise la possibilité d’écrire son histoire : la gloire du roi, garante de la paix et de la stabilité du royaume, pouvait être montrée, notamment par les arts plastiques, mais ne pouvait plus être racontée, en raison des limites épistémique, éthique et rhétorique de l’éloge. L’échec répété de l’historiographie royale a donc déplacé les modalités discursives du récit de l’histoire du roi. Le séminaire a pour objectif de mettre au jour un discours collectif qui, en lieu et place de ce récit, a déployé un imaginaire et une politique de la temporalité. Il s’agit de décrire la constitution d’une idéologie du Temps qui tend à substituer à un établissement scientifique de l’histoire une configuration imaginaire de sa valeur. On cherchera à observer notamment, d’une part comment est devenue possible l’écriture d’une histoire qui ne soit pas recueil de faits et d’événements mais fabrique de symboles et de valeurs ; d’autre part comment la société de l’âge classique a créé les outils d’une mesure non chronologique du temps et comment ce modèle d’intelligibilité a fondé notre présent. Car l’enjeu est aussi de mesurer les modalités de la transmission d’un tel modèle et la transformation d’un tel héritage pour la représentation de la temporalité comme cadre de l’exercice du pouvoir et de la vie politique.  

En 2022 et 2023 les communications invitées ont été les suivantes :  

– Jérémie Foa, Aix-Marseille Université, « Temporalités du massacre de la Saint-Barthélemy »

– Marino Lambiase, Université de Genève, « L’étiquette à la Cour d’Henri III : préfiguration de la mécanique de Versailles ? »

– Yann Rodier, « Pour une nouvelle épistémologie de l’Histoire. Réflexions et propositions de polygraphes sur l’écriture du Temps du Roi au XVIIe siècle. »

– Delphine Amstutz, « La modernité politique de Louis XIII selon Guez de Balzac et quelques libellistes contemporains »

– Bernard Teyssandier, « Éducation royale et régimes de temporalités.  Du dauphin Louis (1601-1609) à Louis le Juste (1617) »

– Ullrich Langer, « Le roi, le repos et la tranquillité du royaume : ca. 1560 vs. ca. 1660 »

– Myriam Tsimbidy : « L’enfance du règne. La Majesté royale dans les Mazarinades »

 – Pascal Duris, Université de Bordeaux, « « Que le monde ne va point de mal en pis ». Le temps immuable de l’histoire naturelle à l’âge classique ».

– Gilles Siouffi, Sorbonne Université, « Faire sortir la langue de l’histoire » 

– Larry F. Norman, Université de Chicago, « Penser les “apogées classiques” en temps monarchique ».

– Hall Bjørnstad, Indiana University Bloomington, « Le choc du présent ». 

– Jean-Vincent Blanchard, Swarthmore College, Philadelphie, « Rhétorique de l’architecture, temporalité et souveraineté au sein de la Petite Académie »

– Laurence Giavarini, Université de Bourgogne, « Marquer le temps du roi chrétien (empreinte, modèle, trace) »

– Alexandre Maral, Centre de Recherche du Château de Versailles, « La chapelle royale de Versailles : un monument d’architecture »

– Dalia Deias, Université de Bordeaux, SPH/ EHESS, Centre Alexandre Koyré, « Le temps de l’astronomie : mesure du temps et du pouvoir à l’Observatoire de Louis XIV ».

– Benjamin Joly, magistrat, « Le temps suspendu et pacifié du pouvoir royal absolu : Hobbes et l’invention d’une science du droit positif »

– Yohann Deguin, Université de Rouen Normandie, « Oublier pour mieux régner : pouvoir et contrôle de la mémoire au XVIIe siècle »  

– Hubert Bost, EPHE, « Temporalités dissidentes : contre-histoires huguenotes face au « siècle de Louis XIV » »

– Sylvaine Guyot, « Temps, contretemps, syncopes. La performance du pouvoir, ou les interstices du portrait du roi »

– Anne Piéjus, « Multimédialité et présentisme dans le Mercure galant »

 – Marine Roussillon,  « Récits de fêtes et histoire du roi »

 – Béatrice Guion, « Les mœurs de ce siècle » : le statut du présent dans Les Caractères de La Bruyère 

– Jean-Pierre Schandeler, IRCL, « L’autorité légitime sur le discours historique à l’Académie des belles-lettres (1701-1791) »

– Marc-André Bernier, « Les incertitudes de l’Histoire : Lévesque de Pouilly et le débat sur les origines de Rome (1723-1724) à l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres »

 -Marc Hersant, Sorbonne nouvelle – Paris 3, « La catastrophe du présent chez Saint-Simon »

– Jean-Marie Roulin, UJM, « La Henriade de Voltaire : temporalité épique, ruptures dynastiques » 

– Catherine Volpilhac-Auger, ENS de Lyon, « De Louis XI à Louis XIV : temps et politique chez Montesquieu »

– Samir Boumediene, IHRIM, « Sur le dos du temps. Représentations du pouvoir et écriture de l’histoire en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles »

– Flora Champy, « Les “régimes d’historicité” de Rousseau »

FLYER_Seminaire_Monarchie_absolue_mars_mai2022_corr_diffweb-3FLYER_Seminaire_Monarchie_absolue_Seances4_5_6_MAJ