Grotte, bosquets et bassins des jardins de Versailles

Table des matières

Le bassin de Latone

Le bosquet des Bains d’Apollon

La grotte de Thétys

Apollon servi par les nymphes

Le bassin du Dragon

Le bosquet de l’Arc de Triomphe

La France triomphante

Le bosquet des Trois Fontaines

Le bosquet du Marais

Le bosquet de l’Étoile ou de la Montagne d’eau

Le bassin de l’Encelade

Le bosquet de la salle des Festins ou de la salle du Conseil

La galerie des Antiques ou salle des Antiques

Le bosquet de la Colonnade

Le labyrinthe de Versailles

Le bosquet de la salle du Bal


Le bassin de Latone

Pierre Lepautre, Latone entre ses deux enfans Apollon et Diane, demandant vengeance a Jupiter de l’insolence des Païsans de Lycie, qui sont changez en Grenoüilles, 1678, eau-forte et burin ; 42,3 x 57,4 cm, BnF, Paris. Source: Gallica.

 

Le bosquet des Bains d’Apollon

Plan du bosquet des bains d’Apollon cy devant le Marais changé à la fin de l’année 1704, 1704, plume et encre de Chine, lavis vert, rose, rouge, bleu et gris, aquarelle, 38,4 x 57,2 cm, BnF, Paris. Source : Gallica.

 

La grotte de Thétys

Jean Lepautre, Veüe de la face exterieure de la Grotte de Versailles, eau-forte, 1672, burin, 40,9 x 58,5 cm, BnF, Paris. Source : Gallica.

 

Apollon servi par les nymphes (groupe sculpté par François Girardon et Thomas Regnaudin (1667-1675))

Pierre Monier (dessinateur) et Jean Edelinck (graveur), Le Soleil apres avoir achevé son cours descend chez Thetis, ou six de ses Nymphes sont occupées a le servir, et a luy offrir toutes sortes de rafraichissemens, 1678, eau-forte, burin, 38 x 57,2 cm, BnF, Paris. Source : Gallica.

 

Le bassin du Dragon

Israël Silvestre, Veüe du Chasteau de Versailles, du costé de l’allée d’eau, et de la fontaine du Dragon, 1676, eau-forte et burin ; 37,8 x 50,2 cm, BnF, Paris. Source : Gallica.

 
Le bosquet de l’Arc de Triomphe

Jean-Baptiste Tuby, [Plan du bosquet de l’Arc de Triomphe], s.d., plume et encre de Chine noire et bleue, lavis gris, 91 x 43,5 cm, BnF, Paris. Source : Gallica.

 

La France triomphante, dans le bosquet de l’Arc de Triomphe

Jean-Baptiste Tuby, [La France Triomphante, de face, dans le bosquet de l’Arc de Triomphe], 1681, plume et encre de Chine noire, sanguine,  23,2 x 22,5 cm, BnF, Paris. Source : Gallica.

 

Le bosquet des Trois Fontaines

[Plan perspectif du bosquet des Trois Fontaines], 1677, plume et encre de Chine, crayon noir, 43,7 x 54,6 cm, BnF, Paris. Source : Gallica.

Le bosquet du Marais

Israel Silvestre, Marais artificiel, entouré de Joncs d’airain, et de Jets d’eau. Dans les Jardins de Versailles, 1680, eau-forte, burin, 37,5 x 51,3 cm, BnF, Paris. Source : Gallica.

Le bosquet de l’Étoile ou bosquet de la Montagne d’eau

La Montagne, 1671-1674, plume et encre de Chine, 43,5 x 54,5 cm, BnF, Paris. Source : Gallica.

Le bassin de l’Encelade

Jean Lepautre, Encelade de bronze dorée, accablé sous des rochers, et poussant en l’air un gros jet d’eau, 1677, eau-forte et burin, 41,4 x 56,3 cm, BnF, Paris. Source : Gallica.

 

Le bosquet de la salle des Festins ou de la salle du Conseil

Bosquet de la salle du Conseil, 1671, encre de Chine noire, 13,2 x 17,6 cm, BnF, Paris. Source: Gallica.

La galerie des Antiques ou salle des Antiques

Salle des Antiques, 1680-1683, sanguine, crayon noir, plume et encre de Chine noire, 41,9 x 30,5 cm, BnF, Paris. Source : Gallica.

 Le bosquet de la Colonnade

Plan de la Colonnade, 1685,  plume et encre de Chine, crayon noir, 43,5 x 54,9 cm, BnF, Paris. Source : Gallica.

 Le labyrinthe de Versailles

[Versailles, parc : plan du Labyrinthe], 1675,crayon noir, plume et encre de Chine, aquarelle, 46,2 x 67,7 cm, BnF, Paris. Source : Gallica.

Voir aussi Benserade, Isaac de, et Perrault, Charles, Labyrinte de Versailles, avec des illustrations de Charles Le Brun, gravées par Sébastien Leclerc, Paris, Imprimerie royale, 1679, 34-[2]-79 p.

Le bosquet de la salle du Bal

Plan de la Salle du Bal, 1680-1683, plume et encre de Chine, 43,6 x 54,8 cm, BnF, Paris. Source : Gallica.

 

Les ambassades reçues par Louis XIV

La Magnifique Audiance, donnée le 5 décembre 1669 à S. Germain en Laye par le Roy tres Chrestien a Soliman Aga Musta Feraga envoyé du Grand Seigneur  (source : Wikimedia Commons).

le Président

Je vois ce que vous dites. Voilà Auguste qui reçoit cette célèbre Ambassade des Indiens, où on lui présenta des animaux qu’on n’avait point encore vus à Rome. Je vois là-dessous les célèbres Ambassades que le Roi a reçues des régions les plus éloignées (Deuxième dialogue, tome I, p. 117)

Parmi ces ambassades, on peut citer celle Soliman Aga, émissaire du sultan ottoman, qui se rendit au château de Saint-Germain-en-Laye en 1669, soit deux ans avant la conception du programme iconographique de l’appartement du roi. La date de publication du Parallèle permet aussi de penser à la fastueuse réception de l’ambassade de Siam le 1er septembre 1686 à Versailles. [Marianne Cojannot-Le Blanc]

 

Jean Dolivar, [Trône du Roi dans la grande galerie de Versailles pour l’audience des Ambassadeurs de Siam], 1686, burin et eau-forte, 22,6 x 18,5 cm, BnF, Paris (source : Gallica).

Le salon de Mercure du château de Versailles

La chambre de parade dans le salon de Mercure, château de Versailles, Versailles (Source : Wikimedia Commons).

l’Abbé

L’appartement où nous sommes et celui qu’occupe Madame la Dauphine, étaient originairement de sept pièces chacun, mais l’admirable galerie que nous allons voir en a emporté quelques-unes. Le nombre de sept donna la pensée de consacrer chacune de ces pièces à une des sept Planètes. La Salle des Gardes est destinée à Mars, l’Antichambre à Mercure, la Chambre au Soleil, le Cabinet à Saturne, et ainsi des autres. Le Dieu de la Planète est représenté au milieu du plafond dans un char tiré par les animaux qui lui conviennent, et est environné des attributs, des influences et des génies qui lui sont propres. Dans les tableaux des quatre faces des côtés sont représentées les actions des plus grands hommes de l’Antiquité qui ont du rapport à la [117] Planète qu’ils accompagnent, et qui sont aussi tellement semblables à celles de sa Majesté, que l’on y voit en quelque sorte toute l’histoire de son règne, sans que sa Personne y soit représentée. (Deuxième dialogue, tome I, p. 116-117)

 


Il s’agit ainsi de Vénus, Diane, Mars, Mercure, Apollon, Jupiter et Saturne [Mathieu Da Vihna]. Voir le modèle que constituent les salons des Planètes du Palais Pitti de Florence, dont les plafonds ont été décorés par Pierre de Cortone dans les années 1640, ainsi que André Félibien, Description sommaire de Versailles, 1674 : « Comme le soleil est la devise du Roy, l’on a pris les sept planètes pour servir de sujets aux tableaux des sept pièces de cet appartement ; de sorte que dans chacune on y doit représenter les actions des héros de l’antiquité qui auront rapport à chacune des planètes et aux actions de Sa Majesté ». L’expression « Donna la pensée » rappelle bien, de nouveau, le rôle de la Petite Académie dans la conception des décors de Versailles. [Marianne Cojannot-Le Blanc]

 

 

Le salon de Mars du château de Versailles

Le salon de Mars, château de Versailles, Versailles (source : Wikimedia Commons).

L’appartement où nous sommes et celui qu’occupe Madame la Dauphine, étaient originairement de sept pièces chacun, mais l’admirable galerie que nous allons voir en a emporté quelques-unes. Le nombre de sept donna la pensée de consacrer chacune de ces pièces à une des sept Planètes. La Salle des Gardes est destinée à Mars, l’Antichambre à Mercure, la Chambre au Soleil, le Cabinet à Saturne, et ainsi des autres. Le Dieu de la Planète est représenté au milieu du plafond dans un char tiré par les animaux qui lui conviennent, et est environné des attributs, des influences et des génies qui lui sont propres. Dans les tableaux des quatre faces des côtés sont représentées les actions des plus grands hommes de l’Antiquité qui ont du rapport à la [117] Planète qu’ils accompagnent, et qui sont aussi tellement semblables à celles de sa Majesté, que l’on y voit en quelque sorte toute l’histoire de son règne, sans que sa Personne y soit représentée. (Deuxième dialogue, tome I, p. 116)

 


La phrase souligne la mise en œuvre du principe de convenance. Les dieux et déesses associés aux planètes qui donnent leur nom aux salons et sont représentés dans la peinture centrale du plafond évoquent la fonction des pièces dans l’économie interne de l’appartement du roi et du rituel de cour (Mars, dieu de la guerre pour la salle des gardes ; Mercure, dieu de la conversation pour l’antichambre etc.). [Marianne Cojannot-Le Blanc]

 

 

 

 

 

 

Hermès rattachant sa sandale dit parfois Cincinnatus ou Jason

D’après Lysippe, Hermès rattachant sa sandale dit parfois Cincinnatus ou Jason, IIe siècle ap J.-C. ?, 1.54 m, marbre, musée du Louvre, Paris (MA83) (source : Wikimedia Commons).

Vous regardez cette figure avec grande attention, il est vrai qu’elle est antique et fort belle, c’est Cincinnatus qu’on va prendre à la charrue, pour commander l’armée Romaine. Je consens que vous l’admiriez, mais je vous demande en grâce que le plaisir de la voir ne vous dégoûte pas entièrement du Moderne, et que vous daigniez jeter les yeux sur les peintures de ce plafond.
(Deuxième dialogue, tome I, p. 115)


La statue, acquise en 1685 auprès du prince Savelli, est un fleuron de l’enrichissement des collections royales. Lors de sa restauration au XVIe siècle, l’adjonction d’un soc de charrue en fit un Cincinnatus, selon le récit de Tite-Live, que Perrault rappelle. L’invitation de l’Abbé à ne pas négliger pour autant les beautés modernes se comprend par rapport au retrait récent, en 1687, du salon de Vénus d’une statue en marbre de Louis XIV vêtu à l’antique, exécutée par Jean Varin en 1671-1672, dont on suppose qu’elle dut laisser place au Cincinnatus. Or Perrault a participé, par son implication dans la surintendance des Bâtiments du roi, à la promotion du buste de Louis XIV par Varin contre celui exécuté par Bernin en 1665 (Versailles, collections du château). [Marianne Cojannot-Le Blanc]

Le salon de Vénus du château de Versailles

Le salon de Vénus, château de Versailles, Versailles (source : Wikimedia Commons).

l’Abbé

Entrons dans la première pièce du grand appartement, et avant que de l’examiner, avançons un peu pour voir l’enfilade.

le Président

Ceci est grand, et surpasse ce que je m’en étais imaginé. Quelle profusion de marbres, que ces planchers, ces lambris et ces revêtements de croisées sont magnifiques.

l’Abbé

Il faut remarquer que les marbres de toutes les pièces de cet appartement sont différents les uns des autres, et vont toujours en augmentant de prix et de beauté. Ceux de la pièce où nous sommes et des deux qui suivent, sont marbres tirés du Bourbonnais et du Brabant ; ensuite sont les marbres du Languedoc et des Pyrénées, puis ceux d’Italie, et enfin ceux d’Égypte qui  devraient moins être appelés des marbres que des agates (Deuxième dialogue, tome I, p. 114-115).

 


La magnificence de Versailles repose sur un emploi de marbres, inédit dans son caractère massif qui fut permis par l’ouverture de nouvelles carrières dans le royaume, ainsi que par une chaîne de production et d’administration, de l’extraction au transport (Pascal Julien, Marbres, de carrières en palais, Manosque, Le Bec en l’Air, 2006 et idem (dir.), Marbres de roi, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2013). Dès 1674, André Félibien donne dans sa Description du château de Versailles le détail des marbres du Grand Appartement du roi, en en mentionnant les diverses couleurs et provenances (p. 26-31). Ce discours de l’Abbé sur les marbres peut procéder du désir de Perrault de rappeler le recours massif à ceux-ci dès le premier Versailles, celui de Colbert et Le Vau, et non pas seulement au temps de Louvois et du triomphe de Jules Hardouin-Mansart, réputés avoir particulièrement satisfait Louis XIV dans son goût marqué pour ce matériau, ses qualités décoratives et ses connotations somptuaires. Rappelons que la publication du premier tome du Parallèle suit de quelques mois à peine l’achèvement du Grand Trianon ou Trianon « de marbre » (1687), en remplacement du Trianon de porcelaine bâti en 1670 par Le Vau. L’usage des marbres dans le premier Versailles peut davantage renvoyer à l’imaginaire augustéen, suivant la phrase fameuse de la vie d’Auguste par Suétone (Vie des Douze Césars, « Vie d’Auguste », XXVIII, 5 : «il se vanta avec raison d’avoir trouvé une ville de briques et d’en avoir laissé une de marbre». Voir Alexandre Cojannot, « À l’origine de l’architecture de marbre sous Louis XIV », Revue de l’art, 2010-3, p. 11-23. L’affirmation de Perrault selon laquelle les marbres augmentent de prix et de qualité à mesure que l’on progresse dans l’appartement et que l’on s’approche de la personne du roi n’est pas strictement vérifiable, mais rejoint son insistance sur un parti décoratif parfaitement cohérent dans toutes ses parties, obéissant à un véritable dessein ou conception intellectuelle. [Marianne Cojannot-Le Blanc]