« Contrôler le temps, une ambition royale (France – 1580-1789) »

— Appel à communication —

Journée d’étude

organisée par Delphine Reguig (UJM / IUF)

le jeudi 24 novembre 2022

 

Charles Le Brun, Les années glorieuses de Louis le Grand sous un règne si beau, tous les jours sont heureux, burin, eau-forte, en noir, 87,4 x 57 cm, 1687. Source : gallica.bnf/BnF.

En raison d’une configuration politique très particulière, celle de la mise en place de la monarchie absolue de droit divin, l’âge classique français est une époque où l’on a dû penser le temps. Car, dans la période encadrée par les troubles des guerres civiles et la Révolution française, l’affirmation de la monarchie absolue a mis en crise la possibilité d’écrire son histoire : la gloire du roi, garante de la paix et de la stabilité du royaume, pouvait être montrée, notamment par les arts plastiques, mais ne pouvait plus être racontée, en raison des limites épistémique, éthique et rhétorique de l’éloge. Un discours collectif, en lieu et place de ce récit, a déployé un imaginaire et une politique de la temporalité. Catégorie fondamentale qui a fait alors l’objet d’une instrumentalisation idéologique inédite, le temps est devenu une notion non plus quantitative mais qualitative. S’il y a un classicisme en France, et dans la culture européenne dans son ensemble, c’est parce que l’âge classique a été une époque où on a cherché à construire un temps absolu à partir des temps relatifs, des époques passées ou présentes, y compris les plus anciennes et les plus chargées d’héritage.

     L’hypothèse que cette journée d’études entend examiner concerne la façon dont l’action du roi a institué et conduit cette opération symbolique d’essence hautement politique. L’entreprise a consisté à conférer des propriétés au temps, et pas seulement à l’enregistrer ; elle a donc été propre à fonder une politique culturelle destinée à orienter les institutions et les productions lettrées. L’objectif est d’observer les modalités par lesquelles le monarque absolu a cherché à exercer un contrôle sur les représentations de la temporalité par ses sujets : édiction de lois, décisions institutionnelles ou protocolaires, choix de représentation, manipulation des repères historiques comme autant de signes (on rappellera avec F. Hartog et J. Revel, que « tout discours historique est susceptible d’usages politiques1 »), interventions dans les mesures chronologiques, dans l’interprétation des phénomènes cosmiques (les comètes par exemple) ou météorologiques, instrumentalisation du calendrier, récupération de notions comme celle de modernité, fabrique de la mémoire politique, pour citer quelques phénomènes susceptibles d’être abordés par les communications. Il s’agit de mesurer la façon dont le roi s’est impliqué lui-même dans la constitution d’une idéologie du temps inséparable de l’exercice de la monarchie absolue.

     On pourra aborder ces questions depuis tous les champs disciplinaires : histoire, études littéraires, histoire des idées, philosophie, histoire des arts, etc.

     Les propositions, accompagnées d’une brève présentation bio-bibliographique, sont à adresser à Delphine Reguig, delphine.reguig@univ-st-etienne.fr, avant le 31 mai 2022.


1. Les Usages politiques du passé, Paris, Ed. de l’EHESS, « Enquête », 2001, p. 14.

Le Parallèle des Anciens et des Modernes de Charles Perrault, témoin d’une modernité conflictuelle

Le projet d’édition numérique du Parallèle des Anciens et des Modernes de Charles Perrault a été présenté au colloque du consortium Cahier, 10 ans de corpus d’auteurs, le mercredi 9 juin 2021. Cette communication, préparée par Delphine Reguig et Emmanuelle Perrin, fut assurée par Pascal Duris.

Voir le résumé de la communication.

Éditer et transmettre le Parallèle des Anciens et des Modernes de Charles Perrault

Henri Testelin, d’après Charles Le Brun, Établissement de l’Académie des sciences et fondation de l’Observatoire 1666, huile sur toile, 348 x 590 cm, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Versailles (source : Wikimedia Commons)

Le projet d’édition du Parallèle des Anciens et des Modernes a fait l’objet d’une présentation éclair au colloque Humanistica 2021 (Association francophone des Humanités numériques) le 10 mai 2021.

Voir le résumé de la communication.

Voir la présentation sur HAL.

Appel à communications

Anciens et Modernes face aux pouvoirs :
l’Église, le Roi, les Académies (1687-1750)

Colloque international
organisé par Christelle Bahier-Porte et Delphine Reguig
IHRIM UMR 5317
Université de Lyon / Université Jean Monnet (Saint-Étienne)
Mercredi 19, Jeudi 20 et vendredi 21 Juin 2019

Le règne de Louis XIV met en place les conditions d’une institutionnalisation de la vie littéraire, en particulier avec la création des Académies. Portés par cette évolution, les auteurs se trouvent, à la fin du XVIIe siècle, conduits à tirer de la période une forme de bilan. Mais ils ne le font pas d’une manière consensuelle : le dynamisme du champ littéraire donne alors naissance à une controverse qui pose clairement les enjeux de la définition d’une littérature et d’une pensée modernes, c’est-à-dire actuelles, à partir de la double expérience esthétique antique et contemporaine. En interrogeant les valeurs littéraires, le conflit qui secoue les milieux culturels et savants en France, au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, constitue une transition majeure vers une conception renouvelée de la création et de la diffusion du savoir, dont la publication de l’Encyclopédie à partir de 1750 marquera une nouvelle étape.

La Querelle des Anciens et des Modernes est de fait l’un des épisodes les plus commentés par les historiens de la littérature et des idées. Paradoxalement, il est aussi l’un des moins connus. Le volume collectif Écrire et penser en Moderne (1687-1750) (dir. Chr. Bahier-Porte et Cl. Poulouin, Champion, 2015) et le livre de Larry Norman (The Shock of the Ancient, Chicago, The University of Chicago Press, 2011) ont récemment permis de mettre en évidence la complexité de ce lieu de mémoire qu’est devenu la Querelle. Leurs avancées montrent que la Querelle des Anciens et des Modernes ne se réduit pas à un conflit facteur de rupture radicale : elle réunit les acteurs du champ littéraire dans un débat dialectique particulièrement inventif en termes d’idées et de formes.

La richesse de ces nouvelles lectures remet notamment en cause les clichés historiographiques qui majorent et surdéterminent le clivage entre les deux partis en prenant à la lettre les scénographies polémiques et en l’interprétant en termes institutionnels. Pour quoi et contre qui Anciens et Modernes se sont-ils affrontés ? L’enjeu du débat est-il de prendre position face aux pouvoirs ? Quelle est la position des Anciens et des Modernes face à l’institution religieuse ? S’agit-il de se situer dans les querelles théologiques alors en prise elles-mêmes avec la notion d’historicité ? Face au pouvoir politique, s’agit-il de privilégier l’entreprise de propagande monarchique ? Quels sont les véritables enjeux des batailles de fauteuil souvent relatées, non sans ironie, dans l’histoire de la Querelle ? Face au pouvoir académique, ne s’agit-il pas d’accepter et de légitimer l’autorité d’un nouveau corps social dont les fondements et les missions sont à définir ? Peut-on dégager un front commun dans ces débats ? Ceux que l’on qualifie d’Anciens ou de Modernes cherchent-ils à construire une unité ou bien cultivent-ils de subtiles nuances ? Peut-on continuer de penser et d’écrire que les Anciens favorisent le paganisme antique tandis que les Modernes défendent l’ordre chrétien de la monarchie absolue ? Les acteurs de la Querelle tiennent-ils un propos univoque et un discours assumé à l’égard des institutions ? La consistance ou les contradictions de ces positions éclairent-elle la nature profonde de la Querelle ? L’ardeur polémique entre les deux massifs occulterait-elle finalement une communauté d’intérêt entre Anciens et Modernes ? La géographie institutionnelle contemporaine se superpose-t-elle au paysage critique de la Querelle ?

Par une relecture des textes publiés à l’occasion de la Querelle, l’ambition du colloque est de mettre à distance les interprétations datées qui externalisent les enjeux d’un débat essentiel pour la définition de l’idée de modernité. La Querelle, dont les nombreux soubresauts de 1687 à 1750 suggèrent déjà la pertinence des débats, pourrait au contraire apparaître comme un moment où les Belles Lettres accèdent à une visibilité sociale et où elles peuvent se développer de manière finalement autonome, sans composer avec les éventuels antagonismes partisans et notamment religieux. En évitant le recours immédiat aux filtres qui orientent la lecture, il s’agit de se demander si le conflit qui oppose Anciens et Modernes peut recouvrir avant tout des enjeux politiques internes : pour ses acteurs, le problème est peut-être moins d’obtenir la faveur des pouvoirs que de chercher soi-même à dominer le champ des « Lettres » encore neuf dans le paysage intellectuel de l’époque.

Les propositions pourront se présenter de manière thématique ou monographique, se consacrer à une problématique précise ou au cas d’un auteur particulier. Elles pourront également proposer des questionnements transversaux et conduire des enquêtes interdisciplinaires. On pourra par exemple explorer le rôle et le statut du christianisme de Perrault dans les débats, comme ceux de l’éventuelle proximité de Boileau avec Port-Royal.  On pourra également se demander si les positions théologiques et politiques des auteurs, plus ou moins consistantes, interviennent dans leur situation dans la polémique et influencent leurs choix poétiques (notamment en termes génériques). On pourra faire apparaître d’éventuelles discordances entre les choix individuels et l’inscription dans un parti singulier, dont bien des auteurs – La Fontaine, Fontenelle, Montesquieu, Marivaux… – ont déjà souligné la relativité.  On pourra encore questionner l’ambiguïté du rapport des représentants des deux camps aux différentes Académies qui constituent les différents théâtres de la Querelle et sont autant des lieux de reconnaissance, des tribunes, que des lieux de mise en scène. On pourra dans cette perspective, s’interroger sur le rôle précis accordé aux différentes Académies dans le conflit : si l’Académie des sciences, conduite par Fontenelle, semble dominée par les Modernes, qu’en est-il vraiment de l’Académie française et, plus encore, de l’Académie des Inscriptions, qui a suscité moins de commentaires ? On pourra de même se demander si les éventuelles déclarations d’intention de tel ou tel acteur se traduisent par des transgressions, des changements de camp plus ou moins assumés, des rencontres inattendues et des partages inavoués.

Les propositions, accompagnées d’une présentation succincte, sont à adresser conjointement à Christelle Bahier-Porte (christelle.porte@univ-st-etienne.fr) et à Delphine Reguig (delphine.reguig@univ-st-etienne.fr) avant le 10 septembre 2018.

Comité scientifique 
Christelle Bahier-Porte (Université de Lyon-Saint-Étienne),
Emmanuel Bury (Sorbonne Université),
Nicholas Cronk (University of Oxford),
Sophie Houdard (Université Paris 3),
Christophe Martin (Sorbonne Université),
Larry Norman (The University of Chicago),
Claudine Poulouin (Université de Rouen),
Delphine Reguig (Université de Lyon-Saint-Étienne),
Volker Schröder (Princeton University),
Catherine Volpilhac (ENS de Lyon).