La Réception du Parallèle des Anciens et des Modernes de Charles Perrault (1)

Parallèle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde les arts et les sciences. Dialogues. Avec le Poème du Siècle de Louis le Grand, et une Épître sur le Génie. Par M. Perrault de l’Académie Française. À Paris chez Jean Baptiste Co[i]gnard, 1688. in-12. pagg. 286.

On ne peut rien ajouter à l’indignation que les zélés partisans[1] de l’Antiquité ont fait paraître contre les Modernes, qui ont voulu disputer le pas aux Anciens ; et l’on dirait que c’est un attentat et une témérité insupportables que de vouloir se comparer à eux. Ils se sont fait une espèce de religion d’adorer les Anciens, et ils ont regardé M. Perrault comme un hérésiarque et un audacieux, qui a osé égaler notre siècle à la vénérable Antiquité. Cependant il ne s’est point épouvanté de toute leur colère, et il n’a pu souffrir leur injuste prévention, qui flé[119]trissant toute la gloire des Modernes, préfère à leurs plus beaux ouvrages les moindres productions des Anciens. Il soutient donc courageusement que les Modernes ne leur cèdent point partout, et les surpassent en bien des choses ; et il attaque hardiment une certaine nation de Savants, qui faute de génie pour inventer, ne se piquent que du rare talent d’entendre bien les vieux Auteurs, et qui ne se récriant que sur l’explication d’un passage obscur, ou sur la restitution d’un endroit corrompu, appellent cela la belle érudition. On ne prétend point convertir ces gens-là ; car que deviendrai[en]t, par exemple, le riche trésor de remarques, et la réputation d’un Commentateur, qui après avoir débrouillé le sens caché d’un Ancien qui ne s’entendait peut-être pas, dit fièrement, mon Juvenal, mon Horace, et s’approprie tout Auteur qu’il fait réimprimer avec des notes, quelque inutiles qu’elles soient ? Mais on se flatte de ne pas déplaire aux Savants du premier ordre, sur qui rejaillit une partie de l’honneur qui est dû aux Modernes ; et rien n’est plus favorable que le dessein de l’Auteur, qui prend le parti des vivants, et qui ne peut point être soupçonné du sentiment de jalousie que l’on a reproché aux défenseurs de l’Antiquité, par une épigramme qui finissait par cette pensée, qu’ils aiment mieux voir cent morts au-dessus de leur tête, qu’un vivant à leurs côtés. [120]

Comme M. Perrault a disposé cette fameuse dispute pour la préférence entre les Anciens et les Modernes en forme de conversation, l’on peut juger qu’il n’a pas entièrement approfondi son sujet ; et même dans les deux premiers dialogues qui composent ce petit volume, il ne s’est principalement attaché qu’à l’Architecture, la Peinture et la Sculpture, qui sont les arts que l’on a le plus cultivés depuis quelques années, et que le Roi a presque poussé jusqu’à la perfection. Il répand d’abord quelques railleries contre les Interprètes, qui n’abordent un Ancien que l’encensoir à la main, et qui donnent la torture à leur esprit pour y découvrir une belle pensée. Ç’a été la manie de tous les siècles de mesurer le mérite des Auteurs par le nombre des années ; et les Anciens, lorsqu’ils avaient le malheur de n’être encore que des Modernes, s’en sont plaints comme nous. Horace ne s’est-il pas moqué de ce qu’un livre n’était excellent que quand il avait plus de cent ans[2] ? Et Martial se plaint de ce que Virgile et Ovide s’étaient vus préférer des Anciens sans mérite, et ralentissait les transports de sa muse par le chagrin qu’il ne jouirait pas lui-même de sa gloire. Si post fata venit gloria, non propero. Tout le monde sait que Michel-Ange ne pouvant digérer la préférence continuelle que les prétendus connaisseurs [121] de son temps donnaient aux ouvrages des anciens Sculpteurs, s’avisa de tailler secrètement une figure de marbre, où il épuisa tout son art et tout son génie. Ensuite il lui cassa un bras qu’il cacha, et il la fit enfouir, après lui avoir donné une teinture rousse la plus approchante de statues antiques, et l’avoir mise dans du fumier, où elle acheva de devenir ancienne. Cette figure ayant été déterrée par une espèce de hasard qu’il avait fait naître, les curieux l’attribuaient à Phidias, ou à Polyclète, et convenaient tous que les Sculpteurs modernes ne pouvaient rien faire qui en approchât. Michel-Ange après s’être bien réjoui de leur imagination, présenta le bras de la statue, et prouva par ce chef-d’œuvre, qu’il n’était inférieur aux Anciens que par la préoccupation. Si un Moderne se néglige quelque part, l’on dit tout net, cet endroit est faible et rampant : mais on regarde un Ancien avec bien plus de respect, et l’on admire alors une simplicité ingénieuse qui sait imiter la nature. S’égare-t-il dans le galimatias, on l’érige aussitôt en enthousiasme divin et on l’appelle un mouvement noble et sublime. Cependant quand on laisse agir le bon sens et la raison, l’on porte des jugements plus équitables, et les siècles ne doivent point consacrer une pensée fade ou ridicule, comme si son antiquité la mettait au-dessus du jugement des hommes. [122] Il faut demeurer d’accord qu’un savant de ce temps l’est infiniment plus qu’on ne l’était du temps de César et de Varron, parce que dix-sept siècles ont ajouté beaucoup de découvertes et de choses nouvelles. On s’aperçoit tous les jours du progrès prodigieux des arts et des sciences, et on le compare justement à ces fleuves qui grossissent leurs eaux par leur cours. Si les Anciens ont eu la gloire des premières inventions, dont la plupart ne pouvaient échapper à l’industrie naturelle du besoin ; les réflexions ingénieuses des derniers temps en ont perfectionné les commencements grossiers. Quelle distance n’y a-t-il pas entre l’invention rude et toute nue d’une montre, dont les ressorts n’étaient peut-être pas plus déliés que ceux d’un tournebroche, et la fine structure de ces pendules portatives qui sont dues à l’illustre M. Huygens. Par conséquent sans rien rabattre du mérite des Anciens, et sans être profane, l’on peut bien leur trouver des défauts, et ne les pas mettre toujours au-dessus des Modernes, qui aidés par ceux qui les ont précédés, ont pu même avec moins de génie aller beaucoup plus loin qu’eux.

L’Auteur dans le second Dialogue descend aux arts en particulier, et commence par l’Architecture. Il dit que si les Anciens ont trouvé les cinq ordres d’Architecture, les Modernes l’emportent par l’u[123]sage qu’ils en ont fait, et par les beaux ornements qu’ils y ont ajoutés. On ne connaissait point autrefois ces superbes bâtiments de nos jours, dont les dehors sont aussi réguliers que si l’on n’avait point pensé à la distribution du dedans ; et les dedans aussi bien distribués, que si l’on n’avait point songé à la régularité des faces extérieures. À la vérité, il n’y a plus d’anciens palais qui soient échappés à la durée des siècles ; mais par les morceaux qui en restent, il est aisé de voir combien l’on a raffiné depuis. Il y en a même qui prétendent qu’Auguste n’avait point de vitres aux fenêtres de son palais. Dans le Panthéon de Rome, qui est le plus magnifique et le plus régulier des anciens bâtiments, il y a des négligences et des irrégularités inexcusables. Pour la Sculpture, les Anciens qui n’excellaient point dans la draperie, faisaient des merveilles pour le nu des figures. La Vénus, l’Hercule et le Laocoon sont incomparables. Il y avait de si grandes récompenses attachées au succès de ces sortes d’ouvrages, dont l’ouvrier n’était guère moins honoré que le Dieu qui sortait de ses mains, qu’il n’est pas étonnant que les Anciens aient extrêmement bien réussi dans un art qui ne demande pas beaucoup de réflexions et de préceptes. Peut-être regarde-t-on ce qu’ils ont fait avec une prévention qui leur est favorable. Car quand les bas-reliefs de la [124]colonne de Trajan qui a fait tant de bruit furent apportés à Paris, chacun tâcha de les admirer, et de faire honneur à l’Antiquité. À la fin l’on y remarqua bien quelques beaux airs de têtes, et quelques attitudes assez heureuses, mais point d’art dans la composition, et personne ne s’est avisé de les copier. À l’égard de la Peinture, l’Antiquité a extrêmement vanté Apelle, Zeuxis et Parrhasius, parce que l’on n’en savait pas encore beaucoup. On en peut juger par les éloges de Pline, qui admire les raisins que le peintre Zeuxis représenta si naïvement, que les oiseaux venaient les béqueter ; et le rideau de Parrhasius si bien contrefait, que Zeuxis lui-même y fut trompé. Ces chefs-d’œuvre qui ont mérité au goût des Anciens d’être transmis à la postérité, seraient aujourd’hui les essais des Peintres les moins habiles ; et ces sortes de prouesses que l’on a pris soin de relever sont des signes évidents de l’enfance de la Peinture. Ils pouvaient entendre assez bien la représentation et la délinéation des figures, l’expression des passions sur les visages, et peu la plus fine partie que l’on appelle la composition, qui est l’ordonnance du tableau, et l’assemblage judicieux de toutes les figures placées avec entente, et avec une juste distribution des ombres et des lumières. Le goût est devenu plus délicat à mesure que cet art s’est perfectionné, et par là no[125]tre siècle a même des avantages sur les Raphaëls, les Titiens, les Paul Véronèses, et les autres grands Peintres du dernier siècle. M. Perrault prétend qu’on le peut reconnaître par la comparaison du tableau des Disciples ou des Pèlerins d’Emmaüs par Paul Véronèse, avec celui de La Famille de Darius par M. Le Brun. Il n’est rien de plus lié et de plus réuni que tout le dessin du dernier, et tout va à représenter parfaitement l’étonnement et l’admiration que cause l’arrivée d’Alexandre, dans la tente où était la famille de Darius. Qui sait encore le degré de beauté où arrivera ce tableau par le temps, qui adoucit toujours ce que le pinceau judicieux lui a donné pour être adouci, et pour amuser son activité, qui sans cela s’attaquerait à la substance de l’ouvrage ? Apparemment qu’un autre volume traitera de autres sciences, où le parti des Modernes ne fera pas moins bien défendu. Nous ne dirons rien du Poème Le Siècle de Louis le Grand, puisqu’il n’est pas nouveau, non plus que de celui qui est intitulé Le Génie, et dédié à M. de Fontenelle, et que l’on n’a joint ici, que parce qu’ils ont du rapport à cette querelle.

Histoire des ouvrages des savants, article III, mois d’avril 1689, Rotterdam, Reinier Leers, 1696, 2e éd., p. 118-125.


[1] Voyez le mois d’octobre, art. 8 [Dacier, André, Remarques critiques sur les Œuvres d’Horace, avec une nouvelle traduction, Paris, Denis Thierry et Claude Barbin, t. VI et VII, 1687] et celui de novembre art. 3  [Longepierre, Hilaire-Bernard de, Discours sur les Anciens, Paris, Pierre Aubouin, 1687] 1687.

[2] Horace, Ad Augustum, Épîtres, Livre II, Épître I.



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2018, 29 juin). La Réception du Parallèle des Anciens et des Modernes de Charles Perrault (1). Modernités en Querelle. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rja3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.