Histoire éditoriale du Parallèle des Anciens et des Modernes

En 1688 paraît la première édition du premier tome du Parallèle à Paris chez Jean-Baptiste Coignard (1637 ?-1689). Le volume bénéficie d’un privilège octroyé le 23 septembre 1688 pour huit ans. L’achevé d’imprimer est daté du 30 octobre de la même année. L’ouvrage contient deux dialogues : De la prévention en faveur des Anciens, Parallèle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde l’architecture, la sculpture et la peinture. Perrault ajoute à la suite de ces dialogues deux poèmes, Le Siècle de Louis Le Grand (1687) et Le Génie, une épître en vers à Monsieur de Fontenelle. Certains exemplaires portent en plus l’Épître au roi à l’occasion du poème précédent, et sur l’excès de joie que Paris témoigna de la convalescence de sa majesté, sans doute destinée à être placée après Le Siècle de Louis le Grand, car elle est paginée à la suite (p. 27 à 32). Après le décès de Jean-Baptiste Coignard, ce premier tome fait l’objet d’une seconde émission en 1690 par Anne-Geneviève Hénault (décès en 1705), veuve Coignard, et son fils Jean-Baptiste II Coignard (1667 ?-1735). Le titre de 1690 avec cette nouvelle adresse est un carton remplaçant le titre original de 1688. Dans la préface de son premier volume, Charles Perrault annonce que le prochain dialogue traitera des sciences, pour en venir ensuite par induction aux « choses de goût » que sont l’éloquence et la poésie.

Cette même année 1690 paraît la première édition du second tome du Parallèle (achevé d’imprimer le 15 février 1690). Le tome est consacré à l’éloquence et comprend à la suite du dialogue une série de treize pièces – discours, éloges funèbres, lettres – d’auteurs anciens et modernes que Charles Perrault propose de comparer. Il s’explique dans sa préface sur son changement de plan : ses amis comme ses adversaires l’auraient incité à s’attacher au « nœud principal de la difficulté » pour étudier l’éloquence et la poésie avant les sciences. Deux ans plus tard Perrault fait publier le tome trois du Parallèle (achevé d’imprimer du 20 septembre 1692) qui traite de la poésie et se clôt sur une lettre de l’auteur adressée à Ménage. Des exemplaires portent en plus une Lettre à M. Despréaux en lui envoyant le présent livre. Dans la préface, l’auteur s’engage à faire paraître bientôt un nouvel ouvrage qui comparera les plus beaux endroits des Anciens et des Modernes, et qui semble être le mémoire que l’abbé promet à ses interlocuteurs tout au long de ce dialogue. Cette même année 1692 voit la réédition du tome I, quatre années après la première, soit une durée ordinaire pour l’écoulement d’un tirage.

En 1693 alors que le tome II est réédité, toujours chez Coignard, paraît une contrefaçon sous deux adresses différentes, l’une probablement exacte de Georges Gallet à Amsterdam (actif de 1691 à 1703 à Amsterdam), l’autre à la fausse adresse de Jean-Baptiste Coignard à Paris avec la mention commerciale « nouvelle édition augmentée de quelques dialogues ». La spécificité de cette contrefaçon est de rassembler en deux tomes les trois tomes parus à Paris. Aucun nouveau texte ne semble cependant apparaître dans la contrefaçon d’Amsterdam et tout ce qui se trouve dans les éditions des tomes I, II et III de 1688-1692 (1693 ?) (i.e. les Dialogues I à IV et tous les compléments) figure également dans l’édition d’Amsterdam. Quant aux premières éditions parisiennes des tomes I (1688-1690) et II (1690), elles sont quasiment copiées ligne à ligne lors des rééditions de 1692-1693. Dans ces conditions, les modifications éventuelles ne peuvent être que minimes mais la comparaison entre les volumes rend manifestes certaines variantes. De même une comparaison fine entre la contrefaçon et les deux éditions du tome II permettrait de décider de l’antériorité ou de la postériorité de la contrefaçon sur la réédition du tome II.

Enfin, le tome IV connaît un tirage sous deux dates, 1696 et 1697, à Paris, chez Jean-Baptiste II Coignard, une situation commune pour les ouvrages imprimés en fin d’année (achevé d’imprimer du 27 novembre 1696). Dans la préface, Perrault dit avoir renoncé à faire paraître son volume comparant les plus beaux endroits des poètes anciens et modernes, pour consacrer ce cinquième et dernier Dialogue à l’examen des autres Arts et des autres Sciences : astronomie, géographie, navigation, art de la guerre, philosophie, mathématiques, médecine, musique, art des jardins.

On constate un décrochage dans le rythme de parution des volumes si l’on compare les différentes dates des achevés d’imprimer : 30 octobre 1688, 15 février 1690, 20 septembre 1692 puis 27 novembre 1696. Les quatre années qui séparent la publication du troisième et du quatrième tome du Parallèle peuvent s’expliquer par l’activité littéraire de l’auteur qui fait aussi paraître pendant cette période L’Apologie des femmes (1694), le premier tome des Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle (1696) ainsi que les premiers contes.

Chaque exemplaire issu de ces différentes éditions ou émissions peut présenter des particularités. On peut ainsi trouver ou non des errata situés à la fin de chaque tome. Les fautes signalées sont elles-mêmes parfois corrigées. Ceci témoigne des procédures de l’imprimerie de l’époque, où les fautes étaient corrigées au cours de l’impression des cahiers.

Le dernier tome, comme le troisième, n’a jamais été réédité. En 1964, Hans Robert Jauss et Max Imdahl publient un fac-similé des 4 tomes de l’édition originale de 1688-1697 (München, Eidos Verlag), accompagné d’une introduction de 80 pages, d’une table analytique et d’index. Les éditions Slatkine proposent en 1971 un nouveau fac-similé pour l’édition de 1692-1697. Un extrait d’une vingtaine de pages figure dans La Querelle des anciens et des modernes, une anthologie éditée par Anne-Marie Lecoq, en 2001 (¨Paris, Gallimard, coll. “Folio classique”). Plus récemment, un extrait du tome III sur la poésie est publié et annoté par Claudine Nédelec et Jean Leclerc dans l’anthologie Le Burlesque selon les Perrault. Œuvres et  critiques (Paris, H. Champion, 2013).

Cette histoire éditoriale, ramassée dans le temps, traduit une réception relativement intense et surtout limitée à une conjoncture particulière. Elle confirme le statut du Parallèle comme œuvre de circonstance, engagée dans une polémique que Perrault a contribué, sinon à initier, du moins à hisser au rang de débat culturel de premier plan. Sans doute le Parallèle a t-il déclenché lui-même une telle abondance de textes et contre-textes à sa suite que sa postérité a moins consisté en une lecture continue du Parallèle que dans la manière dont il a été bien vite relayé et supplanté par d’autres productions (voir la chronologie à venir).

 

[1re édition] 2e édition autres
1688 Tome I
1690 Remise en vente du t. I
1690 Tome II
1692 Tome III Tome I
1693 Tome II Contrefaçon
1696-1697 Tome IV

Emmanuelle Perrin et Delphine Reguig, avec la collaboration de Jean-Michel Noailly



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2018, 26 novembre). Histoire éditoriale du Parallèle des Anciens et des Modernes. Modernités en Querelle. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://modernites.hypotheses.org/662

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.