La Réception du Parallèle des Anciens et des Modernes de Charles Perrault (2)

Parallèle des Anciens et des Modernes en ce qui regarde l’Éloquence. Par M. Perrault de l’Académie française. Tom. II. À Paris chez la Veuve de Jean Baptiste Co[i]gnard et son fils, 1690, in-12, pagg. 399.

M. Perrault le Protecteur intrépide des Modernes, travaille toujours pour les faire triompher des Anciens. Il s’était engagé dans son I. Tome[1] à faire voir dans le II. les avantages qu’ont les Modernes sur les Anciens dans l’Astronomie, dans la Navigation, et dans les [408] Mathématiques. Mais les partisans de l’Antiquité, dont il se vante d’appréhender plus les injures que les raisons, ont répandu le bruit qu’il reculait d’en venir à l’Éloquence et à sa Poésie ; et que se sentant faible sur cet article, il cherchait à se dédommager dans les autres arts, où les Modernes l’emportent incontestablement ; afin d’aller en suite tout fier de ses victoires affronter plus audacieusement les Anciens, et leur disputer en heureux téméraire le prix de l’éloquence. Il a donc interrompu son projet, et il vient ici[2] au nœud de la difficulté. On ne peut nier que sa victoire soit plus incertaine du côté de l’éloquence. La prévention pour les Anciens est plus universelle à cet égard. Tous les jeunes gens sont élevés au bruit continuel de leurs louanges. Or il est impossible de convaincre les esprits préoccupés dans les choses de goût. Il y a des beautés et des finesses dans les pensées et dans les expressions qui se sentent, et que l’on ne saurait démonter par raison. De plus, M. Perrault plaide devant des juges ou récusables, ou engagés par l’intérêt de leur gloire à le condamner. On dira que ceux qui ne lisent que les traductions, ne sont point des juges compétents pour prononcer sur des ouvrages travestis ; et ceux qui entendent les originaux ne manqueront pas de crier miracle sur les [409] beautés inexprimables des Auteurs Grecs et Latins. Il est inutile d’opposer, que les plus versés dans le Grec entendent encore mieux leur propre langue, et que par conséquent celui qui lit l’original, met toujours une partie de son attention à se le traduire à lui-même ; au lieu qu’en lisant une traduction, l’on emploie tout son esprit à bien comprendre le sens, et qu’ainsi l’on peut porter un jugement plus sûr. Par exemple, Lucien a-t-il perdu de ses grâces en passant par les mains d’Ablancourt ; et ne vaut-il pas mieux l’entendre comme d’Ablancourt, que comme bien des savants qui ont lu l’original Grec ? N’importe : ces savants par politique, et par la vanité de faire croire que les langues des Anciens leur sont très familières, n’en demeureront jamais d’accord. Ils trouveront toujours un je ne sais quoi dans l’original, que l’on n’a pu copier, ni transporter dans une autre langue. La joie de pénétrer dans des obscurités d’abord impénétrables, et d’y entrevoir quelque sorte de raison, leur fait regarder comme des trésors, ce qui leur paraitrait très commun, s’ils l’entendaient sans peine dan les Modernes.

M. Perrault pour égaler l’éloquence des Modernes à celle des Anciens, fait valoir le progrès que l’on a fait dans l’étude des passions : car c’est le grand ressort que l’éloquence doit remuer. Il maintient [410] que les ouvrages de nos auteurs sont tout pleins de sentiments délicats qui ne se rencontrent point chez les Anciens, et qu’il y a dans Corneille plus de pensées fines sur l’ambition et sur la vengeance, que dans tous les livres de l’Antiquité. Il choisit l’amour pour échantillon. Les Anciens en ont parlé aussi peu spirituellement et aussi grossièrement que l’on en a parlé délicatement dans notre siècle ; et rien ne prouve mieux le peu de politesse des siècles d’Alexandre et d’Auguste, que la manière brutale dont on y traitait l’amour. Vous ne trouvez dans leurs amants ni respect ni déférence pour le beau sexe. Virgile est touchant dan les amours de Didon, mais il n’y a rien de galant. Un des personnages de ces Dialogues se réveille plaisamment là-dessus, pour objecter que cette galanterie est une mollesse dont les Modernes devraient rougir, et qu’il ne faut pas donner tant de charmes et d’agréments à une passion qui n’est déjà que trop dangereuse. On a gâté l’amour par tout ces raffinements, et il faut aujourd’hui mille façons pour dire à une femme que l’on a de l’amour pour elle. On a tort de tant spiritualiser la matière. Les Anciens étaient de meilleur sens ; ils allaient d’abord au solide. Mais, dit-il, pour abréger la dispute qui serait infinie, nommez-nous des Orateurs de ce temps tels que Démosthène et Cicéron. [411]

Anselm Flamen, Erato et Polymnie.
Source gallica.bnf.fr.

À cette demande importune M. Perrault lui-même semble reculer. Il demeure d’accord qu’il n’a rien qui puisse tenir contre de si grands noms. Le temps leur donne trop de relief. Il stipule seulement, que l’on fasse retirer les personnes, et que l’on ne fasse combattre que les ouvrages : parce que le monde s’imagine à force d’exagérer le mérite des Anciens, que la nature fait ses derniers efforts pour eux, et qu’elle n’y reviendra jamais. Selon Cicéron, l’éloquence est l’art de parler avec abondance et avec ornement : et il possédait l’un et l’autre au suprême degré. Cependant cela dépend du goût du siècle et de l’humeur de chaque nation. Les Grecs voulaient une éloquence serrée et concise, et qui en fit plus entendre qu’elle n’en exprimait. Les Asiatiques efféminés fuyaient le travail jusqu’à l’application un peu tendue au discours. Les Romains ne se laissaient ébranler que par de grande machines, et Cicéron est celui qui les a le plus touchés par une heureuse abondance de paroles fleuries. Aussi est-il en possession du premier rang. Les Anciens lui ont pourtant reproché qu’il était enflé, bouffi, diffus et sans nerfs. Ses Oraisons sont salies par des injures de crocheteur contre Antoine et contre Verrès. Ses Lettres sont vides de chose ; on n’en emporte rien. Qui ne rirait de ses exordes ? Si vales, benè est. Ego quidem va[412]leo. Si vous portez bien, cela va bien. Je me porte bien. Démosthène qui allait haranguer les flots pour affermir sa voix, avait une éloquence qui ressent trop la triste et mal peignée Antiquité. Sa Quatrième Philippique a passé pour son chef d’œuvre. L’endroit où il apostrophe les morts à la journée de Marathon lui a fait autant d’honneur, que s’il avait ressuscité les morts qu’il apostrophe. L’auteur, au grand scandale des adorateurs des Anciens, n’y trouve[3] que de la sécheresse et de la mauvaise médiocrité : et il est vrai qu’il en rapporte l’exorde, où il ne paraît ni sublime dans les choses, ni art dans la composition, ni ordre dans l’arrangement. M. Perrault, pour achever le parallèle des Anciens et des Modernes dans tous les genres d’éloquence, ose dire à l’honneur des Modernes, que Mézeray, Strada et Fra Paolo valent bien Thucydide et Tite-Live pour l’Histoire. Il blâme les harangues exorbitantes que les derniers ont suppléées par leur bel esprit. Elles enrichissent bien l’Histoire ; mais elles sont hors de leur place, et trop pompeuses pour la simplicité de la narration.  Il préfère les Provinciales de Pascal, et les Lettres de Voiture, à celles de Sénèque et de Pline. Il se hasarde à mettre en comparaison nos meilleur Romans avec l’Iliade et l’Odyssée, qu’il dit n’être au[413]tre chose que des contes fabuleux exprimés en grands vers, et mêlés d’aventures ridicules et imaginaires. II ne parle presque point de Virgile. Il eût pu le décrier avec M. de S. Évremond, qui ne le loue guère que par la beauté de son expression, et de son tour poétique. Il n’y a point d’âme qui à la lecture d’Homère ne  se sente élevée par l’impression que fait sur elle le caractère du fier et invincible Achille, ou le courage impétueux d’Ajax. Mais le Héros de Virgile est un dévot trop scrupuleux : et qui ne s’ennuierait avec le pieux Énée, et avec ceux qui accompagnaient ce Chef médiocre, si les vers de Virgile n’empêchaient de languir ? Sa piété lui donne des frayeurs trop honteuses. C’eût été un Saint parmi les Chrétiens, et un Fondateur d’ordre, plutôt que celui d’un État. Il ne fournit que des craintes et des lamentations à chaque péril.

La défiance peut être assez bien fondée de M. Perrault, que l’on ne se rendît pas à ses raisons, l’a obligé de faire marcher après elles quelques pièces des Anciens et des Modernes, afin de les comparer ensemble, et de prononcer avec plus de certitude sa préférence. Voiture, Balzac, Monsieur de Meaux, M. Fléchier Évêque de Nîmes, et le P. Bourdaloue, sont les assaillants pour les Modernes. Périclès, Isocrate, Pline et Cicéron sont les tenants pour les Anciens. Voiture avec [414] une de ses Lettres entreprend de mettre en déroute le Panégyrique de Pline. Voilà désormais un procès instruit dans les formes, et les connaisseurs peuvent en juger par les titres produits de part et d’autre.


Histoire des ouvrages des savants, article XIV, mois de mai 1690, Rotterdam, Reinier Leers, 1690, p. 407-414.


[1] V. mois d’avril 1689.

[2] En forme de Dialogue.

[3] Il préfère Patru.



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2018, 5 novembre). La Réception du Parallèle des Anciens et des Modernes de Charles Perrault (2). Modernités en Querelle. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rja5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.