Un théâtre anatomique

Le théâtre anatomique de l’université de Leyde, dessin de Jan Cornelisz Woudanus, gravure de Willem Swanenburgh, 1610, Rijksprentenkabinet, Amsterdam (source : Wikimedia Commons).

L’Abbé

C’est qu’il ne leur était pas permis de faire la dissection d’un corps humain, et que cette opération passait de leur temps pour une espèce de sacrilège. Cela est si vrai que Galien fit un voyage exprès en Égypte, pour étudier sur les Cadavres, dont le Nil découvrait les tombeaux en se débordant. Si la dissection des corps humains avait été permise, il ne se serait pas donné tant de peine ; car que peut-on voir dans un corps à demi-pourri ? Il y a mille choses très dignes d’être remarquées, qui ne se peuvent plus voir dès qu’il y a un temps considérable que le corps est privé de vie, et même dès qu’il n’a plus de chaleur. Cette Religion mal entendue qu’on avait pour les morts durait encore au Règne de Charles Quint, dont on voit dans l’Histoire une consultation qu’il fit faire aux Docteurs de Salamanque, pour savoir si l’on pouvait faire en conscience la dissection du corps mort d’un Chrétien dans la vue de s’instruire en la connaissance des maladies. Vésale est le premier qui dans le milieu du siècle précédent a donné quelque connaissance un peu distincte de l’Anatomie ; mais cela n’est rien en comparaison du progrès que l’on y a fait dans la suite, et particulièrement dans ces derniers temps. C’est une chose presque infinie que les découvertes que nous devons à notre siècle. En l’année 1627 Asellius de Crémone découvrit les veines lactées. En 1628 Harvey trouva la circulation du sang En 1661 Pecquet que nous avons tous connu, et qui était de l’Académie Royale des Sciences, découvrit le réservoir du chyle. Deux ans après Bartholin découvrit les vaisseaux lymphatiques lorsque Olof Rudbeck faisait la même découverte. Steensen nous a donné la structure des muscles. Ruysch celle des valvules lymphatiques. Malpighi celle des viscères. Lower celle du cœur. Wirsung celle du pancréas, et cela dans une perfection qui efface tout ce que leurs prédécesseurs en ont écrit. Je ne finirais jamais si je voulais ne rien omettre. (Cinquième et dernier dialogue, tome IV, p. 243-245).

 

 



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2021, 3 juin). Un théâtre anatomique. Modernités en Querelle. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rjbz

Une réflexion sur « Un théâtre anatomique »

  1. Ping : Un théâtre anatomique – Les moissons d'hypothèses

Les commentaires sont fermés.