Hippocrate et Démocrite

Pieter Lastman, Hippocrate et Démocrite, 1622, Palais des beaux-arts, Lille (source : Wikimedia Commons).

Ce tableau dépeint la mission ou l’ambassade d’Hippocrate, « mandé par les habitants d’Abdère pour guérir la « folie rieuse » qui s’est emparée du philosophe Démocrite. Ce dernier, assis dans un vallon, dissèque des animaux pour trouver l’origine de l’atrabile (ou mélancolie) dans la rate ; il explique au visiteur les motifs de son rire perpétuel dû à la vanité de ses concitoyens, à leur hypocrisie, à leur avidité de biens matériels. Au terme de cette longue entrevue, Hippocrate est convaincu de la sagesse de Démocrite et de la folie des Abdéritains » [Jacqueline Vons].

Le Président

Ce que vous dites est vrai, mais [Hippocrate] fit en même temps deux choses, qui marquaient en lui une connaissance très profonde de ce qu’il y a de plus secret dans la Nature. On lui servit du lait, et aussitôt qu’il en eut tâté, il dit que ce lait était d’une Chèvre noire. Quelque temps après une jeune Personne lui ayant été présentée, il la salua en la manière qu’on saluait les filles, et le lendemain, il la saluait en la manière qu’on saluait les femmes, ayant connu par son admirable et divine science ce qui était arrivé à cette fille pendant la nuit.

Le Chevalier

Voilà de beaux contes que l’Antiquité nous débite : Je suis surpris, M. le Président, que vous ayez pu les rapporter sans rire. Est-ce qu’un homme peut deviner de quel poil est la Chèvre dont il a mangé le lait, ni moins encore s’apercevoir si aisément du changement d’une fille en femme ? Ne voyez-vous pas que ce dernier conte est fait exprès pour faire peur aux jeunes filles et les retenir dans le devoir ?

Le Président

Ces faits sont attestés par des Auteurs trop graves pour en pouvoir douter.

Le Chevalier

Apprenez que ces Auteurs graves ont donné dans le panneau. J’ai lu dans un Manuscrit d’Anecdotes très curieuses qu’Hippocrate vit en passant dans la basse-cour de la maison où on le régala, une Chèvre noire dont on tirait le lait, et que cela lui servit à faire ses conjectures, et qu’à l’égard de la jeune Personne, il se rendit si familier avec elle dès le soir même, qu’homme n’a jamais mieux su que lui ce qu’il faisait, quand il la salua le matin en la manière qu’on saluait les femmes. (Cinquième et dernier dialogue, tome IV, p. 236-238).



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2021, 3 juin). Hippocrate et Démocrite. Modernités en Querelle. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rjby

Une réflexion sur « Hippocrate et Démocrite »

  1. Ping : Hippocrate et Démocrite – Les moissons d'hypothèses

Les commentaires sont fermés.