La médecine exposée à la raillerie

A group of physicians trying to diagnose a young woman’s illness in a scene from Molière’s L’Amour médecin. Etching attributed to G. Schouten after Molière (Credit: Wellcome Collection. Public Domain Mark).

Le Chevalier

Cela devrait être comme vous le dites ; mais l’on n’en est pas persuadé, et de toutes les professions il n’y en a point de plus exposée à la raillerie que celle de la Médecine .

L’Abbé

Il est vrai que la Comédie de nos jours s’en est bien divertie. (Cinquième et dernier dialogue, tome IV, p. 232)

 


Aux XVe et XVIe siècles, le personnage du faux médecin est fréquent dans la comédie italienne et espagnole, et Molière s’en inspire dès Le Médecin volant (si cette farce est bien de lui). Que le faux médecin soit pris pour vrai est en soi une preuve satirique de leur incapacité – ce qui est mis en scène par le dialogue entre Don Juan et Sganarelle, brièvement déguisé en médecin (III, 1) ; mais un pas est franchi dans la mise en scène de « vrais » médecins incompétents, voire cyniques profiteurs de la peur des malades (L’Amour médecin, Monsieur de Pourceaugnac, Le Malade imaginaire). [Claudine Nédelec]



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2021, 3 juin). La médecine exposée à la raillerie. Modernités en Querelle. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rjbw

Une réflexion sur « La médecine exposée à la raillerie »

  1. Ping : L’Amour médecin – Les moissons d'hypothèses

Les commentaires sont fermés.