Les polyèdres

Johannes Kepler, Harmonices mundi libri V, Lincii Austriae, 1619 (source : Wikimedia Commons).

L’Abbé

Les Éléments d’Euclide sont ce qui nous reste des Anciens de plus célèbre, et de plus estimé cependant tous les Mathématiciens d’aujourd’hui conviennent que ces Éléments sont très imparfaits, et qu’on ne peut excuser leur peu d’étendue, qu’en supposant qu’Euclide n’a eu dessein de donner que les Éléments des cinq corps, qui peuvent s’inscrire dans une même Sphère (Cinquième et dernier dialogue, tome IV, p. 110-111).

 


Les solides platoniciens sont les cinq polyèdres réguliers concevables. D’une certaine façon, on peut dire que les Éléments d’Euclide culminent avec le treizième et dernier livre dans lequel est donnée la construction rigoureuse des cinq polyèdres. On sait aussi que le projet euclidien n’était pas d’exposer l’ensemble des connaissances géométriques démontrées de son temps, mais de fournir les éléments de la géométrie, de l’arithmétique et de la théorie des proportions. Ajoutons enfin que le terme élément ne signifie pas facilité ou simplicité, comme le savent toutes les personnes ayant eu à étudier cette œuvre. [Vincent Jullien]



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2021, 17 mai). Les polyèdres. Modernités en Querelle. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rjbt