L’observation du transit de Vénus par Jeremiah Horrocks le 4 décembre 1639

L’observation du transit de Vénus par Jeremiah Horrocks en 1639, publiée par Johannes Hevelius avec Venus in sole visa d’Horrocks in 1662 (source : Wikimedia Commons).

Pierre Gassendi est le premier à observer Mercure dans le Soleil, le 7 novembre 1631 à Paris (dans de mauvaises conditions et incomplètement), le jeune prodige anglais Jeremiah Horrocks corrige et améliore les calculs de Kepler et observe Vénus le 4 décembre 1639 (calendrier grégorien) à Londres. Les passages de Mercure ont lieu 13 ou 14 fois par siècle, ceux de Vénus respectent une périodicité assez complexe : 121,5 ans, puis 8 ans, puis 105,5 ans. Ces phénomènes ont en outre une propriété théorique remarquable : si l’on parvient à calculer avec beaucoup de précision la durée du passage, on peut en déduire la parallaxe solaire et, à partir de celle-ci, on peut calculer la distance Soleil-Terre, qui, jusqu’alors, était plutôt vague. Cette mesure, appelée Unité Astronomique (U.A.) permet de connaître toutes les distances planétaires du système solaire. Les Anglais James Gregory, en 1663 expose cette méthode puis Edmund Halley la précise en la validant surtout pour Vénus. [Vincent Jullien] (Cinquième et dernier dialogue, tome IV, p. 44).



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2021, 12 mai). L’observation du transit de Vénus par Jeremiah Horrocks le 4 décembre 1639. Modernités en Querelle. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rjbs