L’arbre de Porphyre d’après Charles Perrault

Cette gravure est issue de l’exemplaire du tome IV du Parallèle des Anciens et des Modernes (1697), conservé à la bibliothèque de l’ENS Ulm Lettres, sous la cote L H cr 68 (4) 12°

L’Abbé

 

[…] ainsi j’augmente un degré Métaphysique à l’Arbre de Porphyre qu’on nous apprend dans le Collège ; car après vivant sensitif, qui fait animal, au lieu de mettre raisonnable comme différence, pour constituer l’homme, je mets connaissant pour différence, lequel joint à animal, fait raisonnable parce que tout ce qui connaît raisonne nécessairement. Ensuite de raisonnable je mets d’un côté intelligent, qui joint à raisonnable fait l’homme, [211] et de l’autre, non intelligent, qui joint à raisonnable fait la brute, persuadé que ce qui est raisonnable et qui en même temps a de l’intelligence est un homme, et que ce qui est raisonnable, et n’a point d’intelligence, est une brute. (Cinquième et dernier dialogue, tome IV, p. 210-211)

 

 



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2021, 3 mai). L’arbre de Porphyre d’après Charles Perrault. Modernités en Querelle. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rjbq