Les tables astronomiques alphonsines

Destinées à remplacer celles de Ptolémée, les tables alphonsines sont des tables astronomiques dressées en 1252 sur l’ordre du roi de Castille Alphonse X. Tabule illustrissimi principis regis alfonsii […]  (1404-1404), University of Pennsylvania Libraries, Ms. Oversize LJS 174, fol. 66v., in the Public Domain: http://creativecommons.org/publicdomain/mark/1.0/.

Il est certain que tous ces Astronomes de la Fable n’en savaient guère plus que nos faiseurs d’Almanachs, puisque le célèbre Hipparque, dont je viens de parler, assure que tous ceux qui l’ont précédé ne prédisaient les Éclipses, que parce qu’ils avaient observé qu’au bout de dix-neuf ans elles revenaient à peu près aux mêmes jour. Il ajoute qu’aucun d’eux n’a rien démontré, ni achevé aucun ouvrage. Ptolémée est le premier qui a fait des Tables astronomiques qui fussent justes, et en un mot celui des Anciens qui a eu le plus de réputation. Nous n’avons qu’à examiner ce que les Astronomes qui sont venus depuis ont ajouté à ses connaissances. Pappus qui vécut six-vingts ans après Ptolémée, remarqua que l’obliquité de l’écliptique n’était pas telle que l’avait cru ce grand Astronome. Quatre cents ans après Albategnius trouva que les Étoiles fixes parcouraient un degré en l’espace de soixante-dix ans, au lieu que Ptolémée leur donnait cent ans pour faire ce chemin ; et même il composa un Livre de la science des Étoiles, où il redresse Ptolémée en plusieurs endroits[1]. En l’année 1260 ou environ, Alphonse Roi de Castille fit faire de nouvelles Tables beaucoup plus exactes et plus justes[2]. Il assembla pour y parvenir tout ce qu’il put trouver de Mathématiciens Juifs et Arabes, et ces Tables lui revinrent à plus de quatre cents mille écus. Avec tout cela ils se trompèrent de deux degrés ou environ, sur le vrai lieu des Étoiles fixes. (Cinquième et dernier dialogue, tome IV, p. 25-26).

 


[1] A-Battani, savant du Xe siècle, a élaboré un catalogue de plus de 489 étoiles ; il a corrigé en l’améliorant la valeur de la durée d’une année : 365 jours 5 heures 48 minutes 24 secondes. Une caractéristique des progrès réalisés par lui est l’usage accru et systématique des méthodes trigonométriques. [Vincent Jullien]

[2] Les tables alphonsines, à la fin du XIIIe siècle, recensent 1 028 étoiles fixes. Elles ont un écart de longitude systématique de 17°8’ avec celles de Ptolémée. La précision moyenne des repérages dans le ciel est restée la même, d’Hipparque à Copernic, environ 20’ d’arc.[Vincent Jullien]



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2021, 30 avril). Les tables astronomiques alphonsines. Modernités en Querelle. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rjbn