Les tâches solaires observées par Christoph Scheiner

Schema corporis solaris prout ab authore et P. Scheinero Romae anno 1635 observatum fuit, 1635, (source : gallica.bnf.fr/BnF).

Les taches solaires sont mentionnées depuis longtemps, par Virgile, par des observations en Chine, par des astronomes arabes, etc. Au XVIIe siècle, les études et les connaissances sur ces phénomènes connaissent un vif accroissement. Le Hollandais J. Fabricius, le jésuite Scheiner et Galilée sont les principaux protagonistes des controverses du début du siècle (dans les années 1611-1613). La lunette d’observation astronomique change la donne en permettant de les voir beaucoup mieux. Mais elle montre aussi les complications du problème : il n’est pas évident que ces tâches soient sur le Soleil et il apparaît nettement qu’elles sont irrégulières et changeantes. Il n’est pas certain que leur mouvement puisse servir aisément de mesure d’une rotation solaire sur lui-même. Pour Galilée qui les a étudiées en juillet-août 1610, l’existence des taches solaires constitue un argument de type analogique pour accepter la rotation terrestre et aussi un argument contre la thèse de l’immutabilité des corps célestes. À partir des années 1660, les études menées à l’Académie royale des sciences prennent une autre ampleur, grâce à des observations de longue durée, notamment menées par J. Picard et C. Huygens. Le micromètre couplé au télescope et l’horloge à pendule améliorent notablement la précision des mesures de temps de passage d’un bord à l’autre du soleil. On découvre que l’activité solaire est liée aux taches et que son diamètre peut sembler variable. La valeur donnée de 27 jours et demi pour la période de rotation autour de son axe est d’une certaine manière très bonne (aujourd’hui, la valeur moyenne est de 27, 28 jours) mais ne tient pas compte du fait que, le Soleil n’étant pas un corps solide, la rotation n’est pas la même selon la latitude (de 24 jours à 31,5 jours). [Vincent Jullien] (Cinquième et dernier dialogue, tome IV, p. 41)