François-Édouard Picot, “L’Étude et le Génie dévoilent l’antique Égypte à la Grèce” (1827)

François-Édouard Picot, L’Étude et le Génie dévoilent l’antique Égypte à la Grèce, 1827,  huile sur toile, 2,3 x 2,9 m, Musée du Louvre, Paris (source : Wikipedia Commons).

Le Chevalier

Cependant ç’a été chez les Peuples les plus spirituels que l’Astrologie a toujours été la plus estimée ; parmi les Grecs, c’étaient les Égyptiens qui s’en mêlaient[1] ; parmi les Romains, c’étaient les Grecs ; et ce sont ordinairement les Italiens qui s’en mêlent parmi nous : Plus les hommes sont de qualité en Italie, et par conséquent d’un esprit plus fin que le vulgaire, plus ils ont d’ardeur pour les Prédictions ; et chez un grand Seigneur l’Astrologue est d’ordinaire le plus distingué et le plus favorisé de tous les domestiques. (Cinquième et dernier dialogue, tome IV, p. 48).


Rappelons-nous à ce sujet du tableau L’Étude et le Génie dévoilent l’antique Égypte à la Grèce, par François-Édouard Picot, v. 1827. Dans ces passages, Perrault semble identifier l’astrologie judiciaire avec plusieurs formes de culte et divination. Des auteurs comme Hérodote (Ve siècle av. J.C.), Platon ( IVsiècle av. J.-C.) ou Diodore de Sicile (Iᵉʳ siècle av. J.-C) témoignent qu’un bon nombre de cultes, figures divines, rites et pratiques divinatoires communes chez les Grecs proviendraient d’Égypte. À titre d’exemple, nous pouvons citer la hiéroscopie (qui permet de faire des prévisions sur la base de l’observation des viscères d’animaux sacrifiés). La nécromancie (l’interrogation des morts à des buts divinatoires) est aussi une pratique courante chez les Grecs qui proviendrait d’Égypte.[Dalia Deias]



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2021, 20 avril). François-Édouard Picot, “L’Étude et le Génie dévoilent l’antique Égypte à la Grèce” (1827). Modernités en Querelle. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rjbh