“L’Alchimiste” de Pierre Bruegel (1558)

 

Pieter Bruegel, L’Alchimiste, 1558, encre, Kupferstichkabinett, Berlin (source : Wikimedia Commons).

L’Abbé

Tout ridicule qu’était votre Astrologue, je n’en ai point connu de plus raisonnable ; c’est un prétendu Art qui n’a aucun principe, et qui n’est fondé que sur le désir ardent de connaître l’avenir, de même que l’art de faire l’or n’est fondé que sur le désir d’être riche[1] ; et celui de trouver des remèdes qui fassent toujours vivre, sur l’amour de la vie, et sur la crainte de la mort. De ces trois Arts, qui ont cela de commun qu’ils entreprennent l’impossible, l’Astrologie est assurément le plus frivole. Si les chercheurs de la pierre philosophale ne la trouvent pas, ils trouvent mille secrets utiles et agréables en la cherchant. Si ceux qui promettent de faire vivre toujours n’en viennent pas à bout, ils trouvent quelquefois, en travaillant, des remèdes qui font vivre longtemps ; mais l’Astrologie ne peut être bonne qu’à donner de la crainte ou de l’espérance mal à propos. (Cinquième et dernier dialogue, tome IV, p. 58-59).

 


L’affirmation selon laquelle le seul but des alchimistes était de s’enrichir était très répandue aux XVIe et XVIIe siècles. Elle s’accompagnait de moqueries concernant leur échec patent qui les conduisait plutôt à la ruine. Un tableau de Pierre Bruegel peint en 1558 illustre bien cet état d’esprit : abandonnant le fatras de son laboratoire, un alchimiste accompagné de sa femme et de ses enfants, en est réduit à se réfugier dans un hospice. Mais en réalité ces critiques s’adressaient surtout aux nombreux charlatans qui prétendaient pouvoir fabriquer de l’or en ignorant tout de la doctrine et des travaux de laboratoire. C’est ainsi que l’un des alchimistes allemands les plus célèbres du XVIIe siècle, Michael Maier, médecin à la cour de Rodolphe II à Prague, publia en 1617 Examen fucorum pseudo-chymicorum (Examen des fraudes des pseudo-chimistes) dans lequel il dénonçait les fraudes des charlatans et faussaires tout en rétablissant les principes essentiels d’une véritable alchimie, fondée à la fois sur la lecture des auteurs anciens, surtout médiévaux, et sur une pratique du laboratoire exigeante et bien documentée. [Bernard Joly]

 


1 réflexion sur « “L’Alchimiste” de Pierre Bruegel (1558) »

  1. Ping : « L’Alchimiste » de Pierre Bruegel (1558) – Les moissons d'hypothèses

Les commentaires sont fermés.