Un copiste travaillant muni de lunettes (1352)

Tommaso da Modena, 1352, fresque, église San Nicolò, Trévise (Italie) (source : Wikimedia Commons).

Le Chevalier

Et les Lunettes qu’on met sur le nez, de quel âge les croyez-vous ; car je ne doute point qu’elles n’aient précédé les Lunettes à longue-vue ?

L’Abbé

Elles sont de l’année mil deux cents, ou environ.

Le Chevalier

Ne sait-on point le nom de celui qui en est l’Inventeur ?

L’Abbé

Comme il est presque impossible qu’une machine aussi admirable que celle-là ait été inventée tout d’un coup, et qu’il s’est passé beaucoup de temps avant qu’elle ait été portée à quelque sorte de perfection, plusieurs personnes y ont travaillé ou ensemble ou successivement ; ce qui fait qu’on ne peut savoir à qui l’invention en est particulièrement due. (Cinquième et dernier dialogue, tome IV, p. 35-36).

 


D’après les documents connus, il semble que les lunettes de vue aient été inventées en Italie à la fin du XIIIe siècle, peut-être par le dominicain Alessandro della Spina. Un chirurgien de Montpellier, Bernard Gordon, mentionne cet instrument en 1305, comme aide à la lecture. On lit, dans la balade de Charles d’Orléans, qu’il « utilise des lunettes pour lire. Elles grossissent les lettres… ». Le peintre Tommaso da Modena représente, en 1352, un copiste travaillant, muni de lunettes. [Vincent Jullien]