L’Observatoire royal de Paris

François d’Orbay, Façade du Midy [de l’Observatoire], 1692, plume et encre de Chine, lavis d’encre de Chine, 21,5 x 36,4 cm, BnF, Paris. Source : gallica.bnf.fr/BnF.

L’Abbé

Et anciens. Quoi qu’il en soit, l’Astronomie est de toutes les Sciences celle où les Amateurs de l’Antiquité demeurent le plus aisément d’accord que les Anciens le cèdent aux Modernes ; cependant il n’y en a peut-être pas une où ils pussent soutenir plus facilement le contraire.

Le Chevalier

Vous m’étonnez. D’où vient qu’ils lâchent le pied si aisément sur cet article ? Est-ce que les grandes Lunettes de l’Observatoire les épouvantent ? (Cinquième et dernier dialogue, tome IV, p. 19-20).

 


L’Observatoire royal de Paris a été construit entre 1667 et 1672 d’après les plans de l’architecte et médecin Claude Perrault, frère aîné de Charles, dont le nom reste également attaché à la Colonnade du Louvre. Il est probable que l’épouvante qu’auraient causée ses lunettes soit une allusion aux vers célèbres des Femmes savantes (1672) de Molière :

« Vous devriez brûler tout ce meuble inutile,
Et laisser la science aux docteurs de la ville ;
M’ôter, pour faire bien, du grenier de céans,
Cette longue lunette à faire peur aux gens »
(II, 7, v. 561-564).

[Pascal Duris]



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2021, 6 avril). L’Observatoire royal de Paris. Modernités en Querelle. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rjbb