L’aqueduc de Maintenon

[Aqueduc de Maintenon : élévation d’une arche, coupe transversale, coupe verticale], 1686, pierre noire, aquarelle, 32,9 x 48,6 cm, BnF, Paris (source : Gallica).

le Président

Cependant on ne peut pas dire que les Anciens aient été moins magnifiques qu’on ne l’est aujourd’hui sur le [les] fait des fontaines, si l’on considère seulement la grandeur immense de leurs aqueducs.

l’Abbé

Si vous pouviez voir le nombre infini d’aqueducs qui serpentent ici sous terre de tous côtés, vous verriez que la différence n’est pas si grande que vous vous l’imaginez, je soutiens d’ailleurs que la seule machine qui élève l’eau de la Seine pour être amenée dans ce parc, a quelque chose de plus étonnant et de plus merveilleux que tous les Aqueducs des Romains. Quoi qu’il en soit, s’il est vrai que l’eau soit l’âme des jardins, quels jardins ne paraîtront morts ou languissants auprès de ceux-ci ? Je suis sûr que si en nous en retournant nous trouvions ceux de Sémiramis ou ceux de Lucullus, ils nous sembleraient bien mornes et bien mélancoliques (Deuxième dialogue, tome I, p. 244-245).

 


En 1688, les travaux de dérivation de la rivière d’Eure pour amener l’eau jusqu’à Versailles battaient leur plein et l’ouvrage le plus spectaculaire devait être l’aqueduc de Maintenon dont on sait que Louis XIV souhaitait qu’il surpassât ceux des Romains. En raison du déclenchement de la guerre de la Ligue d’Augsbourg l’année suivante, seul le premier étage fut construit et les travaux s’arrêtèrent progressivement et ne furent finalement jamais achevés. [Mathieu Da Vinha]

 

Aqueduc de Maintenon [coupe d’une des piles], 1686, plume et encre de Chine, aquarelle, 50,7 x 26,2 cm, BnF, Paris (source : Gallica).