Claude Perrault traducteur des “Dix livres d’architecture” de Vitruve

 

La colonnade du Louvre, l’Observatoire et l’arc de triomphe de la place du Trône apparaissent dans le frontispice gravé de S. Le Clerc et G. Scotin (source : bibliothèque municipale de Lyon, exemplaire 30665).

le Chevalier

Il y a bien des gens qui assurent encore que la Fontaine Saint-Innocent est le plus beau morceau d’Architecture et de Sculpture qu’il y ait en France. Cela était vrai quand ils l’ont ouï dire à leurs Pères. Mais les beaux ouvrages qui ont paru depuis, le Val-de-Grâce, la Façade du Louvre, l’Arc de Triomphe, les merveilles de Versailles ont rendu cette proposition non seulement fausse, mais ridicule. (Premier dialogue, tome I, p. 70-71).


L’église du Val-de-Grâce, commencée en 1645, est achevée en 1667. Les trois autres chantiers cités sont des symboles des entreprises des Bâtiments du roi dans les années 1660-1670, à laquelle contribuèrent les Perrault : outre Versailles, le dessin de la Colonnade (ou façade orientale) du Louvre fut proposé en 1667 par le Petit Conseil réunissant Louis Le Vau, Claude Perrault et Charles Le Brun, épisode de triomphe national après l’échec de la venue de Bernin à Paris en 1665 pour achever le Louvre ; Claude Perrault emporta en 1669 le concours pour l’arc de triomphe de la place du Trône, dont l’érection débuta en 1670 mais ne s’éleva pas au-dessus du soubassement. L’arc de triomphe et la Colonnade sont évoqués dans les mémoires de Perrault (Mémoires de ma vie, éd. Antoine Picon, Paris, 1993, p. 254-256) et constituent un symbole visuel de leur activité. Ils apparaissaient ainsi tous deux, aux côtés de l’Observatoire de Paris, au frontispice de la traduction de Vitruve par Claude Perrault (1re édition, 1673), ainsi que dans le fond du tableau de Bon de Boullogne consacré à l’Architecture au sein du Cabinet des Beaux Arts de Charles Perrault, connu par l’estampe de Benoît Audran (Le Cabinet des Beaux Arts, Paris, 1690, p. 25) [Marianne Cojannot-Le Blanc]

 

Livre II, Planche V : « Cette Planche contient la manière simple et grossière dont les Anciens se servoient pour bastir leurs maisons avant que l’Architecture eust trouvé les moyens d’orner les Édifices et de les rendre commodes. » (source : bibliothèque municipale de Lyon, exemplaire 30665)

Il fut louable aux premiers hommes d’avoir construit ces toits rustiques dont parle Vitruve, qui composés de troncs d’arbres espacés en rond par en bas et assemblés en pointe par en haut étaient couverts de joncs et de gazon ; comme il était presque impossible de ne pas s’imaginer quelque chose de semblable dans la prenante nécessité de se défendre des injures de l’air, ces premiers édifices et l’industrie avec laquelle ils étaient construits ne peuvent guère être comparés avec les Palais magnifiques des siècles suivants, et avec l’art merveilleux qui a ordonné de leur structure. (Premier dialogue, tome I, p. 73-74.)

 

Livre III, planche VII : « Cette planche fait voir les proportions du corps humain, dont chaque partie est ou la quatrième, ou la cinquième, ou la sixième, ou la septième, ou la huitième, ou la dixième portion de toute la hauteur ; ainsi qu’il est aisé de le vérifier en prenant avec le compas la grandeur de chaque partie, & la rapportant sur les divisions qui sont à côté. Elle fait voir aussi la grandeur du pié Romain antique, & du pié Grec, comparé au pié de Roy divisé en 1440 parties, dont le pié Grec a seulement 1358, & le Romain n’en a que 1306. » (source : bibliothèque municipale de Lyon, exemplaire 30665)

le Président

Si la figure de ces ornements était purement arbitraire, ce que vous dites pourrait être écouté, mais toutes les proportions des bâtiments ayant été prises, comme le dit Vitruve, sur la proportion du corps humain, on ne peut pas dire que si elles étaient autres qu’elles ne sont, elles plairaient également.

l’Abbé

Il est vrai que Vitruve dit quelque part, que comme la Nature a eu un grand soin de garder de justes proportions pour la formation du corps de l’homme, il faut de même que l’Architecte s’étudie beaucoup à bien proportionner toutes les parties de son bâtiment, mais il ne dit point là qu’il en doive régler les proportions sur celles du corps de l’homme. C’est presque sur cette seule proportion mal entendue que sont fondés tous les mystères des proportions des membres d’Architecture (Deuxième dialogue, tome II, p. 132-133).

 

Claude Perrault, Les Dix livres d’architecture de Vitruve , corrigez et traduits nouvellement en françois avec des notes et des figures. Seconde édition reveue, corrigée et augmentée par M. Perrault, Paris, J.-B. Coignard, 1684, in-folio, pièces limin., 354 p., table, frontisp. et fig. gr. sur cuivre et sur bois.