Les plafonds de la Galerie du petit appartement du Roi à Versailles

Gérard Audran, Apollon distribue des récompenses aux sciences et aux arts, et Minerve couronne le génie de la France, d’après les peintures de Pierre Mignard, 1688, eau-forte, burin, 75,3 x 56,6 cm, BnF, Paris (source : Gallica).

l’Abbé

Ce corridor nous mènera au petit appartement du Roi[1]. C’est là que vous aurez contentement, vous qui aimez les beaux Tableaux, vous n’en avez peut-être jamais tant vu, ni de si beaux dans tous vos voyages.

le Président

Vous me tenez parole, voici assurément un grand nombre d’originaux excellents, et qui méritent tous d’être regardés avec grande attention.

l’Abbé

Si vous voulez bien jeter les yeux sur le plafond de cette galerie peut-être en serez-vous content.

le Président

Cette Peinture[2] est gracieuse et se défend contre la foule de ces Tableaux admirables, qui semblent avoir entrepris de l’effacer. (Deuxième dialogue, tome II, p. 123-124)


[1] Petit Appartement du roi, aussi dit appartement intérieur, au premier étage du château, qui entoure la Cour de marbre. Aménagé vers la fin de 1684 et le début de 1685, dévolu à l’exposition des collections royales, il était composé initialement de neuf pièces, dont la Salle de billard, le Cabinet de tableaux, celui des coquilles, la Petite Galerie et le Cabinet des médailles. Les œuvres exposées dans le Cabinet de tableaux et dans la Petite Galerie, particulièrement de maîtres italiens, servaient aux conférences de l’Académie royale de peinture et sculpture (dont le Saint Michel et la Grande Sainte Famille de Raphaël, accrochés dans la Chambre du roi). Voir le Mémoire des Tableaux qui sont posés dans les Appartements du chasteau de Versailles du premier novembre 1695, Arch. nat., O1 19647 (18) et Antoine Schnapper, Curieux du Grand Siècle, Paris, 1994, p. 329-332. [Marianne Cojannot-Le Blanc]

[2]  Il s’agit du plafond de la Petite Galerie, peint par Mignard, grand rival de Le Brun et protégé de Louvois. Le plafond à sujets mythologiques, achevé en 1685 et figurant dans sa partie centrale un Apollon et Minerve, a été gravé par Simon Thomassin. Plus de soixante-dix tableaux étaient exposés dans la Petite Galerie selon l’inventaire de 1695, de Léonard de Vinci, Raphaël, Corrège, Titien, Carrache, Guido Reni etc. On relève la brièveté du jugement du Président en comparaison des lignes consacrées au Grand Appartement du roi, l’absence de tout commentaire sur les sujets représentés et les intentions qui y président, ainsi que l’ambivalence du jugement (« gracieux » pour Mignard / « admirables » pour les maîtres italiens). [Marianne Cojannot-Le Blanc]

 

Gérard Audran, La Prévoyance et le Secret avec leurs symboles, d’après les peintures de Pierre Mignard, 1688, eau-forte, burin, 52,7 x 76,3 cm, BnF, Paris (source : Gallica).

 

Gérard Audran, La Vigilance avec ses symboles, et Mercure comme le plus vigilant des Dieux, d’après les peintures de Pierre Mignard, 1688, eau-forte, burin, 51,2 x 75 cm, BnF, Paris. (source : Gallica).