La Grande Galerie de Versailles

Charles-Nicolas Cochin, [La Grande galerie de Versailles], eau-forte, burin,  43,3 x 90,7 cm, BnF, Paris (source : Gallica.bnf.fr/BnF).

l’Abbé

Entrons dans la Galerie et appliquons-nous à y découvrir les principales actions de Louis Le Grand à demi cachées sous le voile agréable d’une ingénieuse allégorie.

le Chevalier

Il y a près d’une heure entière que nous sommes à regarder les différentes beautés de cette galerie, et je suis sûr qu’il nous en est échappé plus de la moitié, ces beautés sont inépuisables et on ne peut les voir toutes dès la première fois. (Deuxième dialogue, tome I, p. 120-121).

 


Au contraire du Grand Appartement où Louis XIV n’est jamais représenté de manière directe, la Grande Galerie représente les hauts faits du roi depuis la mort de Mazarin en mars 1661 jusqu’à la paix de Nimègue en 1678. S’il est totalement reconnaissable, il apparaît toutefois vêtu à la romaine [Mathieu Da Vihna]. Évoquer, comme le propose Perrault, la galerie comme offrant le portrait des « principales actions de Louis le Grand à demi cachées sous le voile agréable d’une ingénieuse allégorie » est assez tendancieux, la galerie se distinguant surtout par l’abandon des voiles et la rupture que constitue, par rapport aux partis apologétiques antérieurs, la représentation du roi sous ses propres traits (perruque comprise), ainsi que celle de l’histoire la plus récente. Au demeurant, si les visiteurs des Entretiens passent « près d’une heure entière » dans la galerie, Perrault n’en explicite nullement « le voile », comme il le fait pour les peintures du Grand Appartement du roi. [Marianne Cojannot-Le Blanc]