Raphaël, “Saint Michel terrassant le démon”, dit “Le Grand Saint Michel” (1558)

Raphaël, Saint Michel terrassant le démon, dit Le Grand Saint Michel, 1558, bois transposé sur toile en 1751, 2,68 x 1,60 m, musée du Louvre, Paris (INV. 610) (source: Wikimedia Commons).

Raphaël par exemple a si peu connu la dégradation des lumières, et cet affaiblissement des couleurs que cause l’interposition de l’air, en un mot ce qu’on appelle la perspective aérienne , que les figures du fond du tableau sont presque aussi marquées que celles du devant, que les feuilles des arbres éloignés se voient aussi distinctement que celles qui sont proches, que l’on n’a pas moins de peine à compter les fenêtres d’un bâtiment qui est à quatre lieues, que s’il n’était qu’à vingt pas de distance (Deuxième dialogue, tome I, p. 233-234).

 

Le Saint Michel et la Grande Sainte Famille de Raphaël (Paris, musée du Louvre) sont deux pièces majeures des collections royales depuis François Ier [Marianne Cojannot-Le Blanc].