Véronèse, “Les Pèlerins d’Emmaüs” (v. 1559)

Véronèse, Les Pèlerins d’Emmaüs, v. 1559, 2,42 x 4,16 m, musée du Louvre, Paris (INV. 146) (source : Wikimedia Commons).

l’Abbé

Quoi qu’il en soit, je demeure d’accord que le tableau des Pèlerins est un des plus beaux qu’il se voie, les personnages y sont vivants, et l’on croit ne voir pas moins ce qui se passe dans leur pensée que l’action qu’il font au dehors ; mais comme un tableau est un poème muet, où l’unité de lieu, de temps et d’action doit être encore plus religieusement observée que dans un poème véritable, parce que le lieu y est immuable, le temps indivisible, et l’action momentanée, voyons comment cette règle est observée dans ce tableau. Tous les personnages sont à la vérité dans la même chambre, mais ils y sont aussi peu ensemble que s’ils étaient en des lieux séparés : Ici est notre Seigneur qui rompt le pain au milieu des deux Disciples, là sont des Vénitiens et des Vénitiennes qui n’ont presque aucune attention au mystère dont il s’agit ; et dans le milieu sont de petits enfants qui badinent avec un gros chien. Serait-il pas plus raisonnable que ces trois sujets formassent trois tableaux différents que de n’en composer qu’un seul qu’ils ne composent point ?

le Président

Vous m’avouerez qu’on croit entendre parler les personnages de ce tableau ; et que la gorge de cette femme qui est sur le devant est de la vraie chair.

l’Abbé

J’en conviens, mais quelle nécessité et quelle bienséance y a-t-il que ces personnages parlent, et que cette femme vienne montrer là sa chair ?

(Deuxième dialogue, p. 222-224)

 

🔗 Voir la notice de l’œuvre sur le site du musée de Louvre.