Le salon de Vénus du château de Versailles

Le salon de Vénus, château de Versailles, Versailles (source : Wikimedia Commons).

l’Abbé

Entrons dans la première pièce du grand appartement, et avant que de l’examiner, avançons un peu pour voir l’enfilade.

le Président

Ceci est grand, et surpasse ce que je m’en étais imaginé. Quelle profusion de marbres, que ces planchers, ces lambris et ces revêtements de croisées sont magnifiques.

l’Abbé

Il faut remarquer que les marbres de toutes les pièces de cet appartement sont différents les uns des autres, et vont toujours en augmentant de prix et de beauté. Ceux de la pièce où nous sommes et des deux qui suivent, sont marbres tirés du Bourbonnais et du Brabant ; ensuite sont les marbres du Languedoc et des Pyrénées, puis ceux d’Italie, et enfin ceux d’Égypte qui  devraient moins être appelés des marbres que des agates (Deuxième dialogue, tome I, p. 114-115).

 


La magnificence de Versailles repose sur un emploi de marbres, inédit dans son caractère massif qui fut permis par l’ouverture de nouvelles carrières dans le royaume, ainsi que par une chaîne de production et d’administration, de l’extraction au transport (Pascal Julien, Marbres, de carrières en palais, Manosque, Le Bec en l’Air, 2006 et idem (dir.), Marbres de roi, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2013). Dès 1674, André Félibien donne dans sa Description du château de Versailles le détail des marbres du Grand Appartement du roi, en en mentionnant les diverses couleurs et provenances (p. 26-31). Ce discours de l’Abbé sur les marbres peut procéder du désir de Perrault de rappeler le recours massif à ceux-ci dès le premier Versailles, celui de Colbert et Le Vau, et non pas seulement au temps de Louvois et du triomphe de Jules Hardouin-Mansart, réputés avoir particulièrement satisfait Louis XIV dans son goût marqué pour ce matériau, ses qualités décoratives et ses connotations somptuaires. Rappelons que la publication du premier tome du Parallèle suit de quelques mois à peine l’achèvement du Grand Trianon ou Trianon « de marbre » (1687), en remplacement du Trianon de porcelaine bâti en 1670 par Le Vau. L’usage des marbres dans le premier Versailles peut davantage renvoyer à l’imaginaire augustéen, suivant la phrase fameuse de la vie d’Auguste par Suétone (Vie des Douze Césars, « Vie d’Auguste », XXVIII, 5 : «il se vanta avec raison d’avoir trouvé une ville de briques et d’en avoir laissé une de marbre». Voir Alexandre Cojannot, « À l’origine de l’architecture de marbre sous Louis XIV », Revue de l’art, 2010-3, p. 11-23. L’affirmation de Perrault selon laquelle les marbres augmentent de prix et de qualité à mesure que l’on progresse dans l’appartement et que l’on s’approche de la personne du roi n’est pas strictement vérifiable, mais rejoint son insistance sur un parti décoratif parfaitement cohérent dans toutes ses parties, obéissant à un véritable dessein ou conception intellectuelle. [Marianne Cojannot-Le Blanc]