René-Antoine Houasse, “Vénus assujettissant à son empire les divinités et les puissances” (v. 1679)

René-Antoine Houasse, Vénus assujettissant à son empire les divinités et les puissances ou Vénus couronnées par les Grâces, v. 1679, huile sur toile marouflée, peinture centrale du plafond du salon de Vénus, château de Versailles, Versailles (INV 5373.3) (Source : Wikimedia Commons).

le Président

Ces peintures sont jolies. Cette Vénus au milieu des trois Grâces n’est pas mal dessinée. Les Héros et les Héroïnes de ces quatre coins, qui liés de chaînes de fleurs, regardent la Déesse avec respect et en posture suppliante, font assez bien leur effet, et il y a quelque entente dans la composition de ce plafond.

l’Abbé

Encore est-ce beaucoup que vous ne le trouviez pas détestable.

(Deuxième dialogue, tome I, p. 115)

 


L’expression « pas mal dessinée » renvoie probablement au fait que le dessin de la composition fut donné par Le Brun, comme l’atteste un feuille conservée (Louvre, département des Arts graphiques, inv. RF2367). « Dessiné » doit être compris dans le double sens de la délinéation graphique et de la conception mentale, selon l’ambivalence du mot « dessein ». Jason et Médée, Antoine et Cléopâtre, Thésée et Ariane, Titus et Bérénice ont été soumis au pouvoir de Vénus. Le Président souligne l’habilité du choix de ces couples qui réinventent l’iconographie des Captifs (« posture suppliante »), avec le motif des guirlandes de fleurs transformées en « chaînes ». Sans doute Perrault explicite-t-il ici les intentions de la Petite Académie aux débats de laquelle il participa activement. [Marianne Cojannot-Le Blanc].

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emmanuelle Perrin (26 février 2021). René-Antoine Houasse, “Vénus assujettissant à son empire les divinités et les puissances” (v. 1679). Modernités en Querelle. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rjap