René Antoine Houasse, “Nabuchodonosor et Amytis devant les jardins de Babylone” (v. 1679)

René Antoine Houasse, Nabuchodonosor et Amytis devant les jardins de Babylone, v. 1679, huile sur toile marouflée, voussure sud du plafond du salon de Vénus, château de Versailles, Versailles (INV 5373.2) (source : Wikimedia Commons).

l’Abbé

J’avoue que je ne comprends point comment des gens d’esprit se donnent tant de peine pour savoir exactement de quelle manière le Palais d’Auguste était construit, en quoi consistait la beauté des jardins de Lucullus, et quelle était la magnificence de ceux de Sémiramis ; et que ces mêmes gens d’esprit n’aient presque pas de curiosité pour Versailles. (Deuxième dialogue, tome I, p. 109)

 


Les jardins de Sémiramis, probablement confondus avec les jardins suspendus de Babylone, l’une des Sept Merveilles du monde antique, figurant en 1665 à l’arrière-plan du tableau de Charles Le Brun pour Louis XIV, le Triomphe d’Alexandre ou L’Entrée d’Alexandre à Babylone (Paris, musée du Louvre). En 1676, à partir d’un dessin de Charles Le Brun conservé à l’Albertina de Vienne (inv. 11684), René-Antoine Houasse exécuta dans l’une des voussures du salon de Vénus au château de Versailles une peinture tantôt désignée comme Nabuchodonosor et Sémiramis devant les jardins de Babylone, tantôt corrigé en Nabuchodonosor et Amytis devant les jardins de Babylone. Perrault atteste dans ce passage la présence de la figure de Sémiramis dans l’imaginaire de Versailles : ses qualités de reine bâtisseuse et les faits qu’on lui attribue (la fondation de Babylone, l’édification d’imposants remparts, le détournement de l’Euphrate, voire les jardins selon Strabon), conviennent aux besoins de célébration de Louis XIV et du colossal chantier de Versailles, supposant d’importants travaux de drainage, de conduite d’eaux et de terrassements. Perrault, acteur direct des iconographies versaillaises par son rôle au sein de la Petite Académie, paraît ici témoigner de pratiques assumées consistant à mêler plusieurs sources anciennes et personnages historiques, même s’ils ne furent pas contemporains dans une approche condensée de l’histoire à des fins apologétiques. Sous cet angle peut prendre sens l’association de Sémiramis et de Nabuchodonosor, qui aurait voulu par ses jardins satisfaire son épouse, en lui rappelant ses terres natales de Médie, montagneuses et boisées, car elle permet de célébrer Louis XIV à la fois en bâtisseur et en amoureux, ce dernier aspect justifiant la présence de ce sujet dans le salon de Vénus. [Marianne Cojannot-Le Blanc]



Citer ce billet
Emmanuelle Perrin (2021, 26 février). René Antoine Houasse, “Nabuchodonosor et Amytis devant les jardins de Babylone” (v. 1679). Modernités en Querelle. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rjao