Charles Le Brun, “Entrée d’Alexandre à Babylone ou Le Triomphe d’Alexandre” (1665)

Charles Le Brun, Entrée d’Alexandre à Babylone ou Le Triomphe d’Alexandre, 1665, huile sur toile, 4,50 x 7,07 m,  musée du Louvre, Paris (INV. 2898) (source : Wikimedia Commons).

 

Qui sait le degré de beauté qu’acquerra La Famille de Darius, Le Triomphe d’Alexandre, La Défaite de Porus et les autres grands tableaux de cette force, quand le Temps aura achevé de les peindre, et y aura mis les mêmes beautés dont il a enrichi le Saint Michel et La Sainte Famille. Car je remarque que ces grands tableaux de Monsieur Le Brun se peignent et s’embellissent tous les jours, et que le Temps en adoucissant ce que le pinceau judicieux lui a donné pour être adouci et pour amuser son activité, qui sans cela s’attaquerait à la substance de l’ouvrage, y ajoute mille nouvelles grâces, qu’il n’y a que lui seul qui puisse donner.
(Deuxième dialogue, tome I, p. 235-236).