L’Arc de Triomphe de Louis XIV à la porte Saint-Antoine

Sébastien Leclerc, Dessin de l’Arc de Triomphe tel qu’il était à l’extrémité du Faubourg-Saint-Antoine en 1676, plume, encre noire, lavis, 34.7 x 40.9 cm, musée Carnavalet, Paris (D.7605)(source : Paris Musées).

Sébastien Leclerc, Arc de Triomphe de Louis XIV à la porte Saint-Antoine, 1679, estampe, Paris, BnF (source : Gallica.bnf.fr/BnF).

l’Arc de Triomphe qu’on a commencé et lequel, si l’on l’achève sur le modèle que nous en voyons, surpassera tous ceux des Anciens, puisque celui de Constantin, le plus grand de tous, passerait, ou peu s’en faut, par-dessous sa principale arcade (Premier dialogue, tome I, p. 80).

 


 

L’arc de triomphe de la place du Trône, dont la construction, sur le dessin de Claude Perrault, débuta en 1670. L’insistance sur ce projet et sur sa pertinence pour la France de Louis XIV se comprend dans le contexte où le dessin de Claude Perrault est livré entre 1685 et 1699 à la critique de l’Académie d’architecture, dont Louvois a sollicité l’avis : « s’il peut estre continué suivant la première intention ou s’il y a quelque chose que l’on puisse y réformer en se servant de ce qui est desjà basti » (Procès-verbaux de l’Académie d’architecture, II, p. 98-101). Les critiques formulées en 1688 portent particulièrement sur la magnificence excessive du décor sculpté (nombre de colonnes, tables de bas-reliefs) et sur la disproportion des arcades, notamment  : « Le grand nombre de colonnes semble aussy confus ; les ouvertures des petites portes sont trop pressées et comme la Compagnie, suivant les meilleurs exemples de l’Antiquité, ne voudroit pas se servir d’un trop grand nombre de colonnes sans nécessité, elle ne peut les approuver en cet endroit… ». Michael Petzet, Claude Perrault und die Architektur des Sonnenkönigs, Paris-Berlin 2000, p. 399-441. Comme l’écrit ici Charles, l’arc dépassera celui de Constantin « si l’on l’achève sur le modèle que nous en voyons », autrement dit si l’on suit la maquette de plâtre (« modèle ») à l’échelle 1 construite sur les lieux suivant le projet de son frère, plutôt que l’avis de l’académie d’architecture. La construction fut interrompue dès 1676, puis démantelée au début du siècle suivant. Derrière ces rapides mentions transparaissent les références peu nombreuses sur lesquelles Charles appuie son argumentation et surtout la dimension de défense des actions familiales avec un caractère très conjoncturel, le premier volume du Parallèle en 1688 coïncidant d’ailleurs avec le décès de Claude et les débats académiques des 17-20 juillet 1688 sur le projet d’arc de celui-ci. En matière d’architecture, Claude n’a cessé de voir sa position fragilisée depuis la mort de Colbert en 1683, puis par la contestation, par l’Académie d’architecture et en particulier son directeur François Blondel, de ses positions polémiques développées dans L’ordonnance des cinq espèces de colonnes selon la méthode des Anciens (1683). [Marianne Cojannot-Le Blanc]