Pierre Patel, “Vue du château et des jardins de Versailles, prise de l’avenue de Paris, 1668”

Pierre Patel, Vue du château et des jardins de Versailles, prise de l’avenue de Paris, 1668, huile sur toile, 115 x 161 cm, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Versailles (MV 765) (source : Wikimedia Commons).

l’Abbé

Je vous avoue, M. le Président que je ne puis m’empêcher de vous envier le plaisir que vous allez avoir dans la vue d’un palais où il y a pour vous tant de beautés toutes nouvelles.

le Président

Vous me direz tout ce qu’il vous plaira, mais je doute que Versailles vaille jamais Tivoli ni Frascati.

l’Abbé

J’admire votre prévention. Il y a plus de vingt ans que vous n’avez été à Versailles, et vous prononcez hardiment en faveur des belles maisons d’Italie, attendez que vous l’ayez vu. (Premier dialogue, tome I, p. 6)

 


En 1688, date de l’édition du premier volume du Parallèle, Versailles a bien changé depuis vingt ans. En 1668, le petit relais de chasse de Louis XIII n’avait connu que de légères modifications architecturales extérieures, notamment avec la reprise de l’avant-cour et la construction de deux ailes, dans le prolongement du corps central : l’une au sud pour accueillir les écuries [actuelle « Vieille Aile » ou aile Dufour] et l’autre au nord pour accueillir l’intendant et les communs du château. Les transformations significatives avaient eu lieu dans les appartements. Pour se rendre compte de ce qu’était Versailles à ce moment, notamment lors du Grand divertissement royal du 18 juillet 1668, il faut se reporter au tableau de Pierre Patel (Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV765) le représentant à cette même date ou encore à la description qu’en donne André Félibien dans sa Relation de la fête de Versailles du 18 juillet 1668, Paris, P. Le Petit, 1668 ou encore celle de Madeleine de Scudéry, La Promenade de Versailles, Paris, C. Barbin, 1669. [Mathieu Da Vihna]